L'europe dans la guerre froide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1490 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
« L'Europe pendant la Guerre Froide. »

La conférence de Yalta qui a lieu a lieu en 1949 définit l'Europe comme l'enjeu principal des vainqueurs de la Seconde Guerre Mondiale, tel un échiquier où les motifs de l'opposition entre les deux superpuissances que sont les États-Unis et l'URSS reposent sur des différences idéologiques entre le capitalisme et le communisme et une crainte réciproque del'autre. C'est pendant un discours à Fulton où Churchill utilise pour la première foi le terme de « rideau de fer » mettant en évidence la séparation de l'Europe entre l'Est et l'Ouest, justifié par les capitalistes comme un moyen de défense face à la soif d'expansionnisme soviétique connue à travers le télégramme Keenan. En quoi l'Europe constitue t-elle un enjeu important dans l'oppositiondes deux puissances ? Dans une première partie nous étudierons le continent européen au commencement de la Guerre Froide, puis nous montrerons que les blocs se dégradent au fur et a mesure dans une deuxième partie; et finalement nous examinerons la période de la détente en Europe

I L'Europe au commencement de la Guerre Froide (1949-1955)

1.Formation des deux blocs
- Europedévastée, terrain de jeu pour les deux nouvelles superpuissances
- Zones d'influences USA/URSS délimitées par rideau de fer
- Création de deux pactes militaires (OTAN/ pacte Varsovie) et de deux plans d'aide économique pour reconstruction de l'Europe (plan Marshall/plan ). Pays européens sont une sorte de vassaux de leurs puissances protectrices respectives.

2. Berlin commeseule zone de contacte, pivot de la Guerre Froide
- Partage Allemagne entre les vainqueurs, création RFA/RDA , idem pour Berlin
- Pour les russes, Berlin est le levier qui permettra au communisme de se répandre au delà frontières est-ouest; tandis que pour les capitalistes elle représente une vitrine de leur supériorité technique et logistique.
- Blocus de Berlin par les soviétiques (création de crises pour arriver à des négociations), mais ruse américaine avec le pont aérien.
- Berlin comme symbole Europe en pleine opposition, tensions

3. L'Europe au centre de l'opposition
- Italie 1947, monté du communisme et intervention directe américaine dans le domaine de la propagande et de l'économie en faveur des partis de droite.
- France en 1947 est au bord dela guerre civile a cause des grèves et des tensions; caches d'armes en cas de révolution communiste à Paris pendant grande partie Guerre Froide.
- En Grèce a lieu un guerre civile qui oppose les communistes aux royalistes soutenus par les anglais qui laissera place à la « Grèce des colonels », dictature militaire.
- L'Europe est dans une guerre interne constante entre deux groupes qui sedistinguent majoritairement: les communistes et les capitalistes.

II Des blocs moins homogènes pendant la détente (1955-1989)


1. A l'est, les relations entre pays communistes sont ambigües
- Se soulèvent a Berlin les ouvriers contre le gouvernement communiste, ce qui pose une contradiction dans l'idéologie communiste donc perplexe les dirigeants allemands etrusses.
- En Pologne, les dirigeants russes remplacent le leader polonais à « visage humain » contre une copie de Staline pour renforcer l'autorité russe. « technique du salami » pour gagner élections.
- Hongrie, invasion de Budapest par les russes après que le leader hongrois Nagy tente de sortir du pacte de Varsovie, aucune aide occidentale pour cause des tensions d'une naissance d'untroisième conflit mondial.
- La Tchécoslovaquie opte pour un socialisme plus modéré ayant à sa tête A. Bubreck, ce qui cause l'invasion du pays par les soviétiques qui ne supportent pas voir ce pays dévier de l'interprétation russe du communisme.
- Les relations entre l'URSS et les autres pays communistes peuvent être de soumission comme avec la Pologne, ou bien de voie médiane comme...
tracking img