L'europe de l'education

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 82 (20369 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Europe de l’Education : un processus qui répond aux attentes des étudiants ?
Mémoire de master 1 d’Etudes Européennes année 2008-2009 – Université Paris 3
[« Le vrai but de l'homme ne peut être que de se constituer en un tout par le développement maximum et le plus équilibré possible de ses capacités ». Wilhelm von Humboldt, 1792] Guillaume Sylvestre Sous la direction du Mme Violaine Delteil,maitre de conférences en économie
24/05/2009

Guillaume Sylvestre, mémoire portant sur l’Europe de l’Education, M1 Etudes Européennes

Introduction
L’idée d’une Europe de l’Education n’est pas nouvelle. A travers l’autorité papale du Moyen âge, des universités ont essaimé dans toute l’Europe pour former les cadres religieux et bourgeois que nécessitaient les cités en pleine expansion. Lamobilité des enseignants et des étudiants, si elle était rendue difficile par les moyens de transports peu fiables, était reconnue comme une évidence. Pour autant, après une longue évolution des universités européennes, caractérisée notamment par un nationalisme exacerbé qui les a amenés à se replier sur les échanges internes, tout en défendant farouchement leur indépendance, le concept d’Europe del’Education n’a été remis au goût du jour qu’il y a dix ans. Et ce n’est pas par le biais de l’Union Européenne, mais par celui des états européens eux-mêmes, dont les collaborations se sont renforcées durant les cinquante dernières années, que cette idée d’un espace européen de l’enseignement supérieur est née à nouveau, à travers le processus de Bologne. Malgré l’enthousiasme suscité par cettedémarche, le bilan semble aujourd’hui bien maigre après dix ans, et ce même si ce processus visant à harmoniser les diplômes européens et à faciliter la mobilité des étudiants dépasse aujourd’hui l’union européenne avec plus de 45 pays signataires. La construction d’un espace européen d’enseignement supérieur est en effet de plus en plus critiquée, dans une période de crise économique où les étudiantsmanifestent de plus en plus souvent leur mécontentement : Italie, Grèce, France … pour des raisons diverses, mais qui ont pour point commun de critiquer l’évolution de leurs universités. Une évolution qu’ils perçoivent comme néfaste car leurs conditions d’études se sont dégradés au fil des ans1. Une évolution dont la plupart d’entre eux considère que le processus de Bologne est directementresponsable, et avec lui la logique libérale souvent dénoncée des politiques de l’Union européenne. Parallèlement, les jeunes européens ne s’investissent pas énormément dans le fonctionnement d’une union européenne qui leur parait bien lointaine, et surtout trop bureaucratique pour les intéresser, et ce même si elle impacte sur leur vie2. Ainsi, seuls 18 % des étudiants français ont votés lors desdernières européennes en 2004. Les syndicats étudiants font également peu d’efforts pour sensibiliser les étudiants européens à ce sujet. A l’exception de la campagne « Y Vote 2009 » lancée par l’Association des Etats Généraux des Etudiants de l’Europe (AEGEE3) durant le premier et le second semestre 2009, peu d’initiatives peuvent être notées à ce niveau.

1 La majorité des étudiants européens ontconstaté une hausse de leurs frais d’inscription ces dernières années (source ESU) 2 80 % de la législation française vient de Bruxelles 3 Ce sont notamment les étudiants de l’AEGEE qui ont effectué un fort lobbying dans les années 80 pour que le dispositif Erasmus de mobilité étudiante, imaginé en 1971, se concrétise en 1987

2

Guillaume Sylvestre, mémoire portant sur l’Europe de l’Education,M1 Etudes Européennes
Ainsi, la question de la pertinence de la construction actuelle de l’Europe de l’Education est réelle : les étudiants ont toujours été partie prenante de l’évolution de leurs universités et des grands bouleversements les ayant marqués, le dernier en date étant la révolte étudiante des années 60. Dans ces conditions, la mise en place du processus de Bologne est-elle à...
tracking img