L'euthanasie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 21 (5089 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Faut-il légaliser l’euthanasie ?


La question de l’euthanasie est une question de société, touchant notamment la médecine, l’éthique, le droit et les sphères privées d’individus : la famille, la vie privée. La médiatisation de certaines affaires et particulièrement celle de l’affaire Humbert, en 2003 en a fait une question d’autant plus sensible qu’elle a mobilisé l’opinion publique etpoussé le législateur devant l’obligation de légiférer. L’euthanasie est interdite en France car assimilée à un meurtre : l’euthanasie étant le plus souvent comprise comme un droit pour une personne qui ne serait pas capable de mettre fin à ses jours de faire appel à un tiers, ou à un médecin.
Si l’on revient à l’étymologie grecque du mot, on s’aperçoit qu’euthanasie : « eu » et « thanatos »,signifie « bonne mort ». Le sens premier même du mot étant relatif et ambigu, tout comme l’est son sens aujourd’hui : on distingue le « suicide assisté » d’une euthanasie « passive » ou « active » et comme le sont aussi les arguments en sa faveur, qui font intervenir les notions vastes de dignité et liberté. La question de l’euthanasie est donc bien une question sensible qui dépasse les domainesqui lui semblent directement liés, car si tout le monde s’accorde sur le droit à « bien mourir », il ne peut y avoir que des visions personnelles d‘une « bonne mort ». De plus, le sujet de l’euthanasie porte en lui plusieurs tensions : entre droit et devoir, droit et liberté et liberté et dignité. En effet, si l’on considère qu’il faut préserver la dignité du malade, alors le médecin aura ledevoir de préserver sa vie au maximum. Toutefois, si l’on estime que la liberté est le point cardinal de la question, alors il faudra avant tout s’attacher à respecter la volonté du malade d’être soigné ou non, de vivre ou non.
Aussi il importe de se demander si, au vu des circonstances actuelles, et des pratiques qui existent aujourd’hui dans les hôpitaux, ainsi que l’évolution de l’opinionpublique la légalisation de l’euthanasie ne va pas s’imposer comme une nécessité , entérinant ainsi une certaine avancée. Une légalisation mènerait à la mention de l’euthanasie dans les textes, donc à un meilleur encadrement juridique de l’acte et à son autorisation. Quels seraient les conséquences et les enjeux d’un tel acte ? Si le législateur français ne semble pas afficher de volonté d’allerdans le sens d’une pure légalisation, il semble pourtant avoir chercher d’autres issues permettant un plus grand respect de la volonté des malades.

La légalisation de l’euthanasie, présente des difficultés morales et juridiques dans les conséquences qu’elle engendrerait.
Tout d’abord, le droit français s’il n’entrave pas la liberté de se suicider ne donne pas un droit au suicide. Ilgarantit en effet le droit à la vie et au respect de celle-ci, selon l’article 16 du code civil « la loi assure la primauté de la personne, interdit toute atteinte à la dignité de celle-ci et garantit le respect de l’être humain dès le commencement de sa vie ». Mais le code civil ne parle pas de la fin de vie ou de dignité de la mort, une personne restant une personne jusqu’à sa mort. Seule la mortpeut mettre fin à sa personnalité juridique. De même, la Convention Européenne des Droit de l’Homme (article 2 & 3) reconnaît que « toute personne à droit à la vie » et qu’à ce droit s’ajoute le droit à la dignité. Toutefois, il n’est pas question d’un droit de mourir, ni dans le droit français, ni dans le droit européen. Ainsi la Cour Européenne des droits de l’Homme dans sa décision surl’affaire Pretty (arrêt Pretty c. Royaume Uni) a jugé que « le droit à la vie ne saurait être interprétant comme conférant un droit diamétralement opposé , tel que le droit de mourir ou le droit à l’autodétermination permettant à l’individu de choisir la mort plutôt que la vie » , ainsi les articles 2 et 3 de la CEDH ne donnent pas à l’individu le droit d’exiger de l’État qu’il permette ou facilite...
tracking img