L'euthanasie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1123 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Le suicide assisté est-il moralement acceptable?

Un des sujets difficile à résoudre concerne le suicide assisté ou l'euthanasie. Couramment utilisée chez les animaux, devons nous l'appliquer chez les humains et du même coup la légaliser? Des maladies graves peuvent parasiter la vie d'un individu et emmener de grandes souffrances physiques et psychologiques. Pour éviter ces souffrances,pour s'en soulager et garder la dignité, plusieurs pensent à la mort comme solution ultime. L’euthanasie, qui devient de plus en plus considérée, consiste à donner la mort volontairement à quelqu’un qui le désire lors de grande souffrance ou de mort absolue. La science a fait des avancées formidables en médecine depuis les dernières décennies et à l'aide de ces technologies peut désormais maintenirdes gens en vie, qui autrement seraient morts naturellement. Cela pose donc les assises d’un débat entre le maintient ou la cessation à la vie. Dans les lignes qui suivent, il sera question dans un premier temps de Hume et l’éthique du sentiment et de la non- transgression de notre devoir envers autrui ou nous-mêmes supportant la légalisation de l’euthanasie. Dans un deuxième temps, le principed’universalisation, la liberté, l’autonomie, la dignité et l’homme comme fin donnera un regard opposé à celui de Hume au sujet du suicide assisté.

La première ligne de pensée supporte l’euthanasie comme geste éthique. Sa pratique devrait être légalisée. En considérant une éthique du sentiment, les positions sont différentes. Les sentiments, le bien-être, les valeurs de la personne sontprises en compte. La sollicitude joue un rôle important, même chez les membres de la famille qui peuvent souhaiter une telle mesure, simplement et strictement pour soulager le souffrant. Cette sollicitude se répercute également à travers les membres du personnel hospitalier, le médecin, qui joue un rôle majeur dans une décision aussi importante à prendre. L'empathie, soit se mettre à la place dupatient, nous fait davantage comprendre sa position, ses désirs et ses peurs. Avec David Hume il serait acceptable d'enlever la vie une personne en ayant de la sollicitude, de l'empathie et même d'agir par compassion. Hume affirme que la mort volontaire n’est pas en soi un acte criminel. Elle peut être un acte innocent, comme l’est toute action dans laquelle nous employons nos facultésintellectuelles et corporelles pour produire quelque nouveauté suivant le cours de la nature. Le suicide peut être louable comme l’est tout geste charitable et utile posé par celui dont l’existence est devenue un fardeau. Sur le plan théologique Hume présente le l’euthanasie comme une action volontaire, un exercice légitime des pouvoirs et des principes implantés par Dieu dans notre cœur en vue desupprimer une vie devenue indésirable, parce que submergée d’adversité. La divine Providence reste inviolée et demeure au-delà de toute atteinte humaine, même si, dans la mesure de son pouvoir, l’homme intervient dans le cours de sa vie. De plus, une mort volontaire ne se produit pas sans le consentement de la Providence. Lorsque la souffrance et le chagrin l’emportent sur mon endurance, je peux conclureque je suis rappelé de mon poste. Sur le plan éthique, il avance également que le suicide assisté n’est pas non plus une transgression de notre devoir envers autrui. Un homme qui se retire de la vie ne fait pas de mal à la société. Il cesse seulement de lui faire du bien. Je ne suis pas obligé de réaliser un faible bien pour la société au prix d’un grand mal pour moi-même. Lorsque je ne peux plusservir l’intérêt de la société ou lorsque je suis devenu une charge pour autrui, ma mort volontaire, d’un point de vue moral, n’est pas seulement indifférente, mais même bonne et louable. La vie d’un être humain n’a pas plus d’importance dans l’univers que celle d’une huître. Sa disparition ne causera pas beaucoup de perturbation dans le cours de la nature. Le suicide n’est pas non plus une...
tracking img