L'exicition

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1284 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Ne coupez pas la fleur cachée sous son ventre! 

Monsieur Leduc,
Vous qui avez pour tâche l’éducation de la jeunesse, le partage de votre savoir, devez savoir l’importance de celle-ci dans notre société. En effet, l’impact de vos discours a un pouvoir direct sur l’éveil de l’initiative de vos élèves à réfléchir par eux-mêmes. C’est un grand pouvoir qu’est ce lien qui vous unit à eux, qui faitde vous une lumière qui les aide à se diriger dans les ténèbres. Cependant, qu’en est-il de ces autres jeunes qui n’ont pas la chance d’être éclairé par un maître instruit et sensible au sort d’autrui? C’est simple. Ils exécutent n’importe quel acte de barbarie qu’on les impose sans faire appel à leur raisonnement. C’est malheureusement le cas de plusieurs pays à travers le monde où l’éducationn’est pas accessible à tous, ce qui amène à un renfermement de l’esprit d’une grande partie de la société. C’est ce même esprit de renferment qui est responsable des mentalités locaux où des traditions dangereuses mettent la vie de plusieurs en danger. C’est souvent les plus faibles qui en sont victimes. C’est trop souvent les femmes. Monsieur Leduc, je vous écrit cette lettre pour dénoncer le silencedu monde occidental et européen envers un problème qui ravage l’Afrique subsaharienne, quelques régions du Proche-Orient et de l’Asie du Sud Est ; l’excision des femmes. En tant que femme, je trouve cela inhumain de constater la froideur qu’affiche l’Occident et l’Europe face aux problèmes sociaux de ces régions quand il n’est pas question de pétrole et de minéraux. C’est à nous, en tant quepays plus développés, d’aider à mettre un frein à tout ce sang d’innocentes qui a assez coulé mais qui pourtant persiste.
L’excision fait partie des mutilations génitales féminines (MGF) où l’on ampute le clitoris, centre de plaisir de la femme, la petite et la grande lèvre. C’est une pratique traditionnelle indépendante de la religion qui a pour but d’assurer la domination de l’homme sur la femmeen la privant de plaisirs sexuels. Le clitoris est considérée comme « impure » et doit être enlevé le plus tôt possible avant son mariage afin qu’elle ne « contamine » pas son mari. On assiste encore là à un renferment de l’esprit, à de l’ignorance pure et simple du rôle de cet organe. La pratique se retrouve dans de nombreux pays à travers le monde mais est plus fréquente dans les régions del’Afrique subsaharienne, quelques régions du Proche-Orient et de l’Asie du Sud Est (Yémen, Indonésie et Malaisie). On recense 28 pays juste en Afrique subsaharienne. On évalue entre 100 à 140 millions le nombre de femme et de fillettes qui ont été excisées. C’est un problème qui touche beaucoup de femmes alors comment se fait-il qu’on n’e entende pas parler autour de nous ? C’est faux de dire qu’onn’est pas directement touché par ce phénomène au Québec car elle se répand déjà en France où y vivent 50 000 femmes ayant vécu ce martyr. Faut-il vraiment attendre que l’excision vienne frapper à nos portes avant de réagir ? C’est vraiment dommage ce silence de notre part car nous avons les moyens pour diffuser l’information et de sensibiliser la population à passer à l’action, ce qui n’est pas le casde plusieurs petites villages africaines où les cris d’alertes passent aux oreilles de sourds. Le vrai problème consiste en l’éveil de ces populations, leur manque de raisonnement dû à l’absence d’éducation. Ils ne prennent pas en considération les conséquences de l’excision sur les femmes et les fillettes, autant sur le plan physique que psychologique. Cette opération se fait le plus souventsans anesthésie et dans des conditions insalubres où les infections sont choses communes. Elles sont marquées à vie par le traumatisme dû à la douleur et beaucoup meurent de la douleur insupportable ou d’une hémorragie suite à l’amputation de leur membre.
S’il fait tant de torts aux femmes, pourquoi continussent-elles de le pratiquer ? Tout est une de rôle et celui de la femme est d’être...
tracking img