L'existence et le temps

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 59 (14507 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’existence et le temps

Introduction
Le terme d´existence soulève d´emblée la question de savoir à quelles réalités il s´applique.
De tout ce qui possède une réalité, nous pouvons dire qu´il existe : je parlerai donc indifféremment de l´existence de cette pièce, où je travaille, de celle des objets qui s´y trouvent, mais aussi de l´existence du pays où je vis, de celle des êtres quim´entourent, de ma propre existence, comme de celle du monde lui-même, auquel tout ce qui vient d´être mentionné appartient. Je parlerai même, si j´en suis convaincu par ma croyance ou par ma raison, de l´existence de Dieu. Ainsi, Descartes, dans ses Méditations métaphysiques (1641), après avoir éprouvé, dans l´expérience du cogito, que sa propre existence résiste au doute (« je suis, j´existe », écrit-ildans la Méditation seconde), peut écrire tout aussi bien que, l´idée de Dieu inscrite dans son esprit lui apparaissant trop riche de déterminations infinies pour que cet esprit en soit la seule origine, « il faut nécessairement conclure que Dieu existe » (Méditation troisième). En ce premier sens, aussi courant dans la langue de tous les jours que dans celle de la philosophie, se forger une notionde l´existence imposerait donc seulement de savoir comment entendre une détermination commune à tout ce dont nous ne pouvons pas dire qu´il n´est rien. Seul le rien n´existe pas : exister, au sens de l´existence en général, c´est être.
Il se trouve cependant aussi certains usages du terme d´existence qui en réservent l´emploi à des réalités plus spécifiques. Quand je dis d´une personne qu´ellen´existe pas vraiment ou qu´à telle ou telle occasion je me sens exister, le sens du mot devient différent : cette personne qui, à mes yeux, n´existe pas vraiment, je sais bien pourtant qu´elle n´est pas rien ; et moi-même, quand soudain il me semble que je me mets à exister, je ne pense pas un seul instant qu´auparavant j´étais dépourvu de tout être. Bref, dans un second sens (que nous pourrions,là encore, repérer aussi bien dans la langue courante que dans certaines philosophies, qu´on désigne précisément comme des « philosophies de l´existence »), le terme d´existence désigne plutôt une certaine façon d´être, une modalité particulière de l´existence en général, que nous tendons à réserver à la réalité humaine. Non que nous considérions qu´il suffit d´être un humain pour exister, puisqueje puis trouver que tel ou tel n´existe pas vraiment, ou que moi-même, je ne me suis mis, à exister qu´à partir d´un moment particulier de ma vie ou dans certaines circonstances déterminées. Mais du moins est-ce plutôt du sujet que de l´objet que nous disons qu´il existe ou qu´il pourrait exister. L´objet est : seul l´homme existe ou est capable d´exister.
Comment articuler ces deux sens d´un mêmeterme ? Selon quelle logique (de la langue, mais aussi de la philosophie, qui s´est employée à thématiser ce dédoublement de sens) une détermination aussi générale que celle de l´existence (seul le rien n´existe pas) peut-elle en venir à un emploi aussi sélectif (seul l´homme existe, et encore est-il envisageable que ce ne soit pas toujours entièrement le cas) ? L´une des pistes possibles pourrendre intelligible le dédoublement de sens inscrit dans les emplois du terme d´existence consiste à interroger le rapport au temps qui caractérise, dans l´un et l´autre cas, ce dont nous disons qu´il existe. Pourquoi envisager de suivre une telle piste, qu´on verra se dessiner au fur et à mesure que l´analyse progressera ? Au moins parce que nous apercevons d´ores et déjà que la question del´existence, à ses deux niveaux, ne saurait être développée sans engager, pour tout ce qui existe, celle de son inscription dans le temps.
Si, quand nous parlons de l´existence en général, nous convenons aussi rapidement que seul le rien n´existe pas, c´est parce que, du rien seul, nous pouvons dire qu´il n´existe pas, qu´il n´a jamais existé et qu´il n´existera jamais. Une personne qui m´aurait...
tracking img