L'existentialisme est un humanisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1347 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La pensée philosophique dominante d’avant le 20e siècle reposait sur une notion de divinité. Peu importe la religion, cette pensée avait toujours pour dénominateur commun à savoir que l’essence de l’homme était déterminée par une quelconque puissance divine. Ce n’est qu’à compter du 20e siècle que la littérature fait place à un nouveau courant de pensée, l’existentialisme. Ce courant estcaractérisé par une nouvelle conception de l’essence de l’homme. Jean-Paul Sartre, maître à penser de ce nouveau courant philosophique, pose comme prémisse que l’existence précède l’essence. Ainsi, il remet en question la pensée dominante selon laquelle une force divine est créatrice de l’homme. Cette conception divine permet-elle à l’homme de vivre librement et d’exister? Quels sont les aspects de laconception de l’humanité, selon Sartre, qui amènent l’homme à la liberté? La pensée de Sartre serait-elle une continuité de la pensée et de Descartes et Pascal? Dans l’analyse suivante, il sera question de la relation entre l’existence humaine et la liberté fondamentale de l’homme.

Commençons par définir ce qu’est l’essence. Prenons un objet matériel, par exemple une table. Une table a une seulefonction, soutenir des objets. Elle existe donc pour une seule raison et dans son existence, elle ne prendra jamais une fonction autre que ce qui lui était prédestiné, soutenir des objets. Par ailleurs, la raison qui lui permet d’exercer sa fonction est un modèle prédéfini, décidé avant même que cette table ne se matérialise. L’artisan voulant ainsi construire une table doit dessiner des pattes demême longueur, les découper, les assembler, et pour ce faire, il doit suivre une référence ayant déjà été décidée, de sorte que le destin de la table sera calculé et contrôlé par l’artisan qui la construit. Voilà un exemple de ce qu’on pourrait appeler l’essence de l’être, c’est-à-dire un modèle, un destin qu’il ne pourra jamais changer. Ainsi donc, dans le cas de la table construite parl’artisan, l’essence précède l’existence. Dans le cas de l’homme, Dieu ou toute puissance divine en est l’artisan. Par analogie, la table est à l’artisan ce que l’homme est à Dieu, c’est-à dire un être pour lequel les projets qu’il entreprendrait, les décisions qu’il prendrait, le métier qu’il exercerait serait déjà déterminés avant même qu’il n’existe. «  Nous admettons toujours que la volonté suit plusou moins l’entendement ou, tout au moins, l’accompagne et que Dieu lorsqu’il créée, sait précisément ce qu’il créée.» À compter du 17e siècle, des philosophes allemands, eux-mêmes athées, tentent de trouver une nouvelle explication à la nature humaine en l’absence d’un Dieu créateur. Par ailleurs, ils avancent l’hypothèse que l’homme a en lui quelque chose d’universel et de prédéfini présent cheztous les êtres de son espèce, soit une nature humaine. « L’homme est processeur d’une nature humaine; cette nature humaine, qui est le concept humain, se retrouve chez tous les hommes ce qui signifie que chaque homme est un exemple particulier d’un concept universel». Comme les philosophes Allemands, Jean-Paul Sartre est athée. Cependant, il propose une thèse qui va à l’encontre de tout ce quis’était dit ou écrit auparavant. Sartre soutient qu’il n’y a qu’une seule vérité absolue incontestable. Elle appartient à son prédécesseur, Descartes dont l’idée maîtresse est « je pense donc je suis ». C’est l’élément déclencheur de la conception de Sartre. Celui-ci pose que l’homme ne peut se fier à une probabilité divine pour déterminer son existence. Il ne peut se satisfaire d’une théorie pleined’espoir n’ayant aucune preuve concrète dans le monde réel. Ainsi, la seule vérité absolue sur laquelle il faut capitaliser est celle de Descartes et toute théorie fondée sur autre chose n’est que probabilité. Si Dieu n’existe pas, l’essence ne peut précéder l’existence. L’homme existe et il se projette dans le futur pour déterminer son essence. L’homme se fait comme il se veut. « Il déclare...
tracking img