L'experience n'est-elle qu'empirique?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3636 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’empirisme estime que toutes nos connaissances dérivent d’une réflexion à partir des sensations. Selon eux, l’expérience humaine est précisément lié à cette réflexion sur les événements. On en dégage des schémas habituels où tel type d’événement précède tel autre type d’événement. L’expérience serait donc viscéralement liée à une démarche inductive. Cependant en science explorer le mondeempirique implique des théories déductives. Les mathématiques ne sont-elles pas des fictions cohérentes obéissant à des règles logiques a priori sans rapport semble-t-il à l’expérience ? Le point de vue empiriste pour subsister devra montrer que les fictions mathématiques les plus abstraites restent dérivées des sensations les plus concrètes. Autrement dit il devra montrer que la cohérence logique, ladéduction dérive de la cohérence des sensations, de l’induction. Cependant l’expérience humaine peut-elle se réduire au domaine des sensations ? Les idéalistes comme Platon n’évoquent-ils pas des expériences humaines en dehors du monde sensible ? Les sensations apparaissent toujours dans un champ de conscience. N’y a-t-il pas des expériences inhérentes à ce champ de conscience qui précisémentimplique de mettre entre parenthèse les expériences sensibles ? Descartes avec son idée d’infini ne nous propose-t-il pas une expérience métaphysique au-delà du monde sensible ? Enfin les expériences sensibles ne s’inscrivent-elles pas toujours dans la conscience selon des schémas a priori inhérent à la conscience même ? L’enjeu de ce sujet est le rapport matière esprit. Un matérialisme conséquent nepeut que souligner l’empirisme au cœur même de ce qui ressemble à des expériences métaphysiques ou des structures a priori de la conscience tandis que celui qui défend la réalité de l’esprit cherchera à montrer que les données empiriques sont relatives à la conscience, la matière restant subordonnée à l’esprit.
Version 1 :
PLAN DETAILLE :

I – Toute expérience humaine n’est que le refletlangagier de l’expérience empirique sur la table rase de l’esprit .

A – L’esprit humain contrairement à l’animal est une table rase. L’animal a des schémas mécaniques et préprogrammés de comportement. Le petit enfant est vierge ou presque de ce type de fonctionnement inné. Il a évidemment des potentialités inscrites corporellement mais ces potentialités sont précisément l’aventure des acquisculturels transmissibles. Le langage humain est une faculté biologique qui permet de dégager une expérience des événements sensibles : c’est notre table rase, il peut être le parfait miroir de n’importe quelle expérience. Les mathématiques comme l’idée d’infini sont liées au langage qui n’est qu’une faculté biologique. Freud explique que cette faculté est en germe dans l’écart subtil qui existe entreénergie sexuelle et génitalité et qui s’amplifie avec l’ambiguïté émotionnelle.

B – Le langage ouvre l’espace symbolique (l’ambiguïté polysémique) et donc un monde imaginaire. La critique de l’expérience religieuse freudienne du surmoi et du sentiment océanique s’ancre sur une tendance de l’homme à confondre le réel et l’imaginaire.

C – objection critique : La critique de l’argument ontologiquepar Kant s’applique-t-elle vraiment à l’idée d’infini ? Le sublime définit par Kant suffit-il à ramener l’expérience de l’idée d’infini à une confusion du réel et de l’imaginaire ? La vacuité infinie de la conscience est pointée par l’expérience de l’idée d’infini, n’est-ce pas en son sein qu’un mot prend sens ? Le drapeau français relie du bleu, du blanc et du rouge mais ce n’est pas le symbolequi flotte dans les impressions sensibles d’un tissu blanc rouge. Un symbole ne peut pas se toucher : il n’a de sens que dans la vacuité de notre conscience. Le langage machine de mon ordinateur est sans conscience, il n’a pas de sens, il n’a même pas d’existence symbolique.

II - D’après les positions idéalistes, l’expérience humaine n’a jamais seulement rien d’empirique car elle n’a de sens...
tracking img