L'exploitation de la nature constitue t elle un ideal pour l'humanité ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1876 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’exploitation technique de la nature constitue-t-elle un idéal pour l’humanité ?

A la place de la forêt amazonienne, les paysans brésiliens exploitent les terrains récupérés afin de cultiver de la canne à sucre. Au premier abord, cela aide leur lutte quotidienne contre la pauvreté. Cependant la déforestation est une question grave pour ce qu’on appelle le poumon de la planète. Cela pose doncle problème : l’exploitation technique de la nature constitue-t-elle un idéal pour l’humanité ? L’exploitation est le fait de mettre en valeur quelque chose afin de le mettre à profit. Le terme technique explique un savoir faire dont la mise en œuvre permet d’obtenir volontairement un résultat déterminé. La nature est ce qui existe en dehors du monde humanisé, indépendamment des intentions et desefforts de l’homme. L’idéal est le caractère de ce qui n’existe qu’en idée et non dans la réalité observable. L’humanité renvoie à l’ensemble des caractères propres à l’espèce humaine. De deux choses l’une ou bien la nature est considérée comme un sujet d’exploitation technique ou bien elle est un idéal contemplatif pour l’humanité. Il y va donc de savoir si l’exploitation de la nature au profitde l’humanité prévaut sur l’avenir des futurs générations.

L’exploitation de la nature n’a-t-elle pas toujours constituée un idéal pour l’humanité ? Pourtant, n’est ce pas plutôt l’exploitation de la nature par la contemplation qui constitue un idéal? Au fond, ne doit on pas aller dans le sens d’une responsabilité éthique de la technique envers la nature ?

L’exploitation technique dela nature a toujours constitué un idéal pour l’humanité. En effet, l’homme, ne serait-ce que pour sa propre survie a toujours exploité la nature. Par exemple, la première exploitation technique de la nature fut l’agriculture, où l’homme, au moment de sa sédentarisation, décide de ne plus être dépendant des saisons et donc de dompter la nature. On peut citer de nombreux exemples au cours del’Histoire où l’homme a exploité techniquement de manière plus ou moins poussée la nature. Mais la période la plus significative est sans doute le début de l’industrialisation accompagné des prémices du positivisme. Pour la première fois, l’idée d’un progrès de l’humanité s’appuyait sur une foi dans l’homme, dans sa raison et dans le pouvoir de la technique de changer radicalement la vie humaine et sonrapport à la nature. L’exploitation technique de la nature représentait donc un idéal pour cette génération. En effet, la nature était alors synonyme de catastrophes naturelles, de risque et de maladie plus que de bienfaits. L’industrialisation apportait donc la promesse d’un avenir meilleur. La technique s’étant affinée avec le temps, l’exploitation de la nature de plus en plus jusqu’à devoiraujourd’hui être dans l’obligation de créer des parcs interdits à l’exploitation. On ne peut donc parler d’exploitation technique de la nature sans laisser une grande place à l’histoire puisque c’est au cours de celle-ci que le savoir-faire des hommes a atteint les sommets que nous connaissons aujourd’hui. De plus, l’homme ne peut plus se séparer de cette industrialisation. En effet, c’est grâce àelle que les conditions de vie, aussi bien par rapport à l’hygiène que dans la société, se sont améliorées. Pour le monde occidental, cet idéal a été en parti réalisé puisque l’industrialisation à apporter la sécurité tant recherchée contre tous les méfaits de la nature. Mais l’exploitation continue afin de produire toujours plus pour nourrir, habiller, chauffer, et divertir une populationgrandissante. En outre, cette exploitation technique de la nature a, chez l’homme, le but de la modernité. En effet, l’humanité a comme idéal celui de l’Homme moderne qui doit aboutir (ou qui ne peut aboutir ?) à une pleine connaissance de tout ce qui nous entoure et donc à une exploitation totale de la nature. Cela rejoint ce qu’a dit Descartes l’homme se veut « comme maître et possesseur de la...
tracking img