L'exploitation de nos compatriote a l'etranger

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1286 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Unité de formation et de Université de Ouagadougou Recherche en Lettres, Art et Communication. Populi –sapientia-populo
UFR/LAC

Département de Lettres Modernes

Niveau : Première année

Matière : Littérature Burkinabè Ecrite

Professeur : Mme SARE Honorine

Thème : L’exploitation de nos compatriotes à l’étrangerAnnée Universitaire 2010-2011 Groupe 18

INTRODUCTION

La question de l’immigration s’est toujours fortement posée en Afrique.En effet, au Burkina Faso, cette situation se matérialise par un déplacement massif des habitants vers d’autres pays, notamment la Côte d’Ivoire. Certes, plusieurs facteurs comme le besoin financier, le bien –être l’éveil de conscience poussent les gens àimmigrer, mais leur séjour est souvent parsemé d’embûches comme l’exploitation, les heurts, les conflits sociaux, les escroqueries, la prison. De ce fait, bon nombres d’écrivains ont dénoncé la situation de ces immigrés. C’est dans cette optique que Kollin Noaga, auteur burkinabè, dans son roman Le retour au village dépeint plusieurs thèmes dont l’exploitation de nos compatriotes à l’étranger qui feral’objet de notre travail.
I-RESUME
Le retour au village est une œuvre de Kollin Noaga constitué de 141 pages qui se subdivise en 7 chapitres. Dans ce roman, l’auteur dépeint les mésaventures de Tinga, personnage principal en côte d’Ivoire. En effet, partant d’un communiqué provenant de son village natal, lui annonçant qu’un terrible malheur à frappé sa famille le héros se voit obligé derentrer à tout prix. Dès son arrivée à Tema, il se rendit compte que ses parents avaient fait passer un faux communiqué. Celui-ci décide de retourner en côte d’Ivoire ,mais cette fois ci avec sa femme,Kadidia,Francis et Poussi .Malheureusement, leur séjour fut un désarroi ,surtout avec la mort de Poussi et e Kadidia suite à l’infidélité de celle-ci avec Yoro, un immigré Malien. Cetteaffaire conduit Tinga en prison. Après son évasion de la prison avec Francis qui s’était plongé dans la délinquance dès son arrivée et arrêté par la police, il emprunte le chemin du retour mais rebrousse chemin a Guipa vers la Côte D’ivoire avec Bibata.De nouveau une vie de difficulté (chômage, délinquance) viendront perturber la vie du héros ; ce qui le conduisit a un retour définitif avec Bibataet Francis.
II-L’exploitation de nos compatriotes à l’étranger
1-L’exploitation au village
Dans le village d’acceuil, Maféré une région de la côte D’ivoire, le personnage principal sera confronté a divers types d’exploitations. a-Sur le plan Moral
Nos compatriotes rencontrent de nombreux problèmes à l’étranger. Ils sont ridiculisés, maltraités et considérés comme desmoins que rien d’où les injures proférées par Anne Marie Kouakou à l’égard de Tinga, lorsqu’il lui demanda la permission d’amener avec lui leur fils.[…].
b-Sur le plan matériel
Sur ce plan, nos compatriotes sont victimes d’escroqueries de part et d’autre par exemple le chef de Maféré réclame à Tinga le prix de l’impôt avant terme. […] c’est-à-dire... […] [...].(Cf. Page 12-13)Outre cela Mr Brou son bailleur exige l’argent d’un mois de loyer qui n’était qu’à une semaine […] Page 14 Tout de même Anne Marie la maitresse de Tinga suggère de lui un dédommagement sous prétexte de s’occuper de leur enfant et s’acquitter des dépenses d’ici son retour. C’est ainsi qu’elle fit recours à la gendarmerie pour obtenir gain de cause […] […] Sur ce, notre hérosdu céder son champs à un prix forfaitaire de 85000 Frcs. contre une valeur estimée a plus de 300000 Frcs. Enfin il fut surpris quand il s’est trouvé dans l’obligation d’honorer une autre dette qu’Anne Marie a du faire chez un commerçant. (Page17-18)
2-L’exploitation en ville
Tout comme au village nos compatriotes sont l’objet d’exploitation sous plusieurs formes en ville....
tracking img