L'exposition dans horace, de corneille

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1195 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Horace de Corneille : explication de l’acte I, scène 2.

La scène se déroule entre Camille et Julie. Elle ressemble, par sa structure, à la scène précédente, les deux se réclamant d’une logique d’exposition. En effet, il y est question d’un échange personnage principal / confidente. Il s’agit là d’une constante de l’exposition classique : Julie étant la confidente à la fois de Sabine et deCamille, c’est par le truchement des confidences que les deux personnages veulent bien lui livrer que le spectateur est mis au courant des données statiques qu’il ignore encore.
D’ailleurs, les deux premiers vers de la scène trahissent cet artifice, par lequel chacune des deux se livre successivement aux confidences. Le théâtre classique est un théâtre de la succession, même si la scène y perdquelque peu de son dynamisme. [imaginons la situation : sort Sabine, entre Camille, Julie étant tout ouïe]
Toute la scène s’organise autour de la grande tirade de Camille : tout ce qui se dit auparavant la prépare ; tout ce qui s’en suit en est une conséquence, perceptible tout le long de la pièce.

I- Les préparatifs au récit :
Par souci de vraisemblance, le récit d’exposition, renduinévitable pour les besoins de clarté de l’intrigue, doit s’imposer naturellement au spectateur, donnant ainsi l’impression de faire partie de l’action. La doctrine classique a banni de la scène le personnage du chœur qui entrait, dès le lever du rideau, pour s’adresser au public en marge de l’intrigue et lui exposer les faits. Cette convention était parue aux classiques artificielle et peu vraisemblable,eux qui précisément voulaient faire coïncider la représentation théâtrale et la réalité. Le chœur fut remplacé par le personnage du confident, très utile pour ce genre de scène, car il joue naturellement le rôle d’accoucheur, de révélateur. Ce rôle, Julie le tient à la perfection dans cette scène, et la précédente. En effet, au lieu d’abonder dans le sens de sa maîtresse, Julie la provoque, lapousse dans ses derniers retranchements. Cette opposition naturelle transcende Camille qui entend ne pas se laisser intimider et revenir à la charge : voilà la dynamique de la scène bien engagée !
Julie invective tout de suite Camille : « elle est pourtant plus à plaindre que vous »[v.145]. Elle instaure, ainsi, une espèce de concurrence entre les deux victimes de la logique de guerre quis’installe. Elles rivalisent entre elles à l’effet de se montrer sous le jour le plus pathétique, en termes de tiraillement et de douleur. Les transports de Camille, en début de scène, ne suffisent pourtant pas à la victimiser davantage que Sabine [Hélas ! ; pleurs ; alarmée…] Julie est loin d’être touchée par les malheurs de Camille qui lui paraissent, d’un strict point de vue sentimental, plus supportablesque ceux de Sabine. Le cynisme dont fait preuve Julie [« oubliez Curiace, et recevez Valère » ; « vous serez toute nôtre »] attise la colère de Camille qui se livre tout entière : [« Et plaignez mes malheurs sans m’ordonner des crimes » ; « Quoi ! le manque de foi vous semble pardonnable ? » ; « D’un serment solennel qui peut nous dégager ? »]
Julie pousse l’indécence jusqu’à contredire samaîtresse et faire preuve d’insolence envers elle : [« Je vous vis encor hier entretenir Valère »]. Devant un tel affront que lui fait subir sa suivante, Camille ne peut plus se retenir, et s’en va révéler les origines d’une union sentimentale indéfectible. Le rôle de Julie consiste à pousser Camille à dévoiler au public toute l’étendue de sa fidélité amoureuse envers Curiace et à montrer à quel pointelle tient à lui. Toute la suite de l’intrigue est tributaire de l’assimilation par le public de cette donnée fondamentale, que Camille expose dans le détail dans une longue tirade.

II- Le récit de Camille :
Par définition, les éléments relevant du récit sont considérés, au théâtre, comme statiques. Cependant, Corneille a su les transformer en prélude à l’action suffisamment fort pour...
tracking img