L'histoire de la gauche

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 19 (4713 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Histoire de la gauche :

l. Fondé au mois de juin 1901, le parti radical et radical socialiste est le plus ancien parti de France. Sa création officielle a été précédée par diverses démarches empiriques. Lorsque Napoléon III libéralise quelque peu le régime, l’opposition républicaine s’exprime ouvertement et c’est dans ce contexte qu’est élaboré le Programme de Belleville, en 1868. Il s’agitde réformes radicales, c’est-à-dire fondamentales, telles la séparation de l’Eglise et de l’Etat, I’instauration de l’impôt sur le revenu, la République avec une assemblée unique... Dès la mise en place de la troisième République, s’intitulant eux-mêmes radicaux, les partisans de ce programme constituent des comités électoraux en vue de la consultation de 1876. Bien qu’éphémères, ces comités ontcréé des liens de solidarité. Nombreux, i!s ont montré à l’opinion que le radicalisme avait un réel pouvoir de rassemblement. C’est aussi l’occasion d’organiser en province des banquets, dans la tradition de la fin du règne de Louis-Philippe, où l’on se donne sans risque l’illusion d’être très subversif. Lors des élections de 1885, les comités électoraux se fédèrent au niveau départemental. Cettestructuration tend à répondre à un double besoin : techniquement, I’adoption du scrutin de liste l’exige; d’autre part, elle se justifie par les avantages qui résultent d’une propagande plus systématique et mieux organisée. Le mouvement devient véritablement national en 1898. C’est à cette occasion que s’est constitué pour la première fois un « comité d’action pour les réformes démocratiques » quiréunit les fédérations départementales radicales et donne une sorte de label à tous ceux qui se réclament du radicalisme. Ne fondant son existence que sur le fait électoral, ce comité ne peut être tenu pour un véritable parti. La transformation se réalise à la faveur de la victoire des radicaux contre la droite traditionnelle.
Il faut désormais soutenir une responsabilité gouvernementale. Cettecristallisation progressive a laissé une marque durable au parti radical. Sa structure demeure peu contraignante, les adhérents sont indisciplinés, toujours prêts à la sécession. Malgré cette faiblesse structurelle, le parti radical fut jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale la plus grande formation politique française, avec une participation constante au pouvoir, grâce à des alliances le plus souventcentristes, parfois avec les socialistes, notamment lors du Cartel des gauches en 1924, et surtout lors du Front populaire en 1936. Le parti radical finit par incarner la troisième République, au point qu’on aurait pu le croire balayé en même temps qu’elle. C’est l’hypothèse inverse qui se produit puisque sous la quatrième, le parti ne fournit pas moins de sept présidents du Conseil, ainsi que leprésident du Sénat, Gaston Monerville. Cette résurrection tient d’une part à la fidélité de la clientèle méridionale, qui constitue le bastion le plus solide du radicalisme, et d’autre part à l’habileté des instances dirigeantes du parti qui ont su ne mettre en avant que des hommes de qualité, tels Maurice Faure, Félix Gaillard ou Pierre Mendès-France.La menace de déclin était pourtant bien réelle ets’expliquait par une image de marque déplorable. Les radicaux passent pour un vieux parti de vieux...
L’avènement de la cinquième République allait alors avoir des effets dramatiques sur le parti radical, dont le glissement progressif vers le centre est stoppé. Contre le général de Gaulle, il se range sous la bannière de l’opposition, ce qui s’avère électoralement parlant peu payant, puisqu’en1969 le groupe radical ne comporte plus que 13 députés. Elu à la présidence du parti en octobre 1969, Maurice Faure a pour secrétaire général des radicaux Jean-Jacques Servan-Schreiber, dont la mission est la modernisation de ce parti en perte de vitesse. Intellectuel brillant, volontiers séducteur, Jean-Jacques Servan-Schreiber ne fait pourtant pas l’unanimité autour de lui. Alors qu’il se...
tracking img