L'histoire de la mondialisation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2314 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le concept qui permet de signifier l’évolution des villes avec la mondialisation est celui de métropolisation
En quelques sortes, les flux (quels qu’ils soient) ou la logique des flux remplace la logique des territoires et des lieux. Ceci implique qu’un espace « global », sans limites ni véritable(s) centre(s) émerge. Dans ce contexte, on constate une tendance, non pas récente mais accélérée,des grandes villes à devenir encore plus grandes. C’est la définition la plus sommaire du processus de métropolisation.
La métropolisation s’appuie sur 3 tendances lourdes qui affectent tous les pays développés depuis plusieurs décennies :
  Une recomposition de la croissance démographique : Dans un contexte de croissance démographique faibledans les pays développés, la croissance urbaine est d’autant plus le résultat d’une redistribution de la population entre les villes et les régions
  L’accroissement de la mobilité : Il ne faut pas oublier que c’est essentiellement la diffusion de l’automobile qui a permis le considérable étalement urbainqui caractérise tous les pays développés. Ainsi, les aires fonctionnelles des plus grandes villes sont de plus en plus étendues.
  La tertiarisation des économies modernes : Le développement de certaines activités tertiaires, privilégient quelques grandes villes, celles où la main d’œuvre qualifiée est la plusabondante, celles qui sont les plus réactives pour capter l’innovation, celles qui sont les plus ouvertes et tolérantes, etc. La ville mono-industrielle traditionnelle est aujourd’hui le contre-modèle parfait de la métropole « créative ».
Les grandes villes, qui deviennent encore plus grandes, s’accroissent par un processus de triple concentration : des hommes, des activités et des richesses :
  Uneconcentration démographique qui perdure : la métropolisation s’inscrit dans la continuité du processus d’urbanisation. Entre 1950 et 2000, Tokyo a augmenté de 20 millions d’habitants, Los Angeles de 10 et Paris de 5. Ainsi, à l’échelle d’un pays, la population est de plus en plus concentrée. 80% de la population française vit sur20% du territoire.
  Une concentration sélective des activités : le tertiaire supérieur est l’apanage des métropoles. Elles concentrent notamment les sièges sociaux des entreprises multinationales. Les activités de services aux entreprises se localisent préférentiellement dans ces villes. Ainsi, 450 000 emplois relevantde ce secteur ont été créés à Los Angeles entre 1970 et 1990.   La richesse s’accumule dans les grandes métropoles : dans la plupart des pays, la part de la richesse produite par les plus grandes villes est très souvent supérieure à leur poidsdémographique. La région de Tokyo concentre 25% de la population japonaise mais près de 35% du PIB. De plus, les plus grandes villes du monde sont aussi celles qui ont souvent le PIB par habitant le plus élevé de le leur pays.
Ceci signifie que la métropolisation est très sélective et qu’elle a tendance à renforcer le sommet des hiérarchies urbaines nationales. Elle conduit quelques grandes villes àl’obtention d’un rôle de métropole de rayonnement international. On parle de villes mondiales. La sélection se fait en fonction de la capacité d’adaptation des villes aux nouvelles logiques économiques.
Qu’est-ce qu’une ville mondiale ?
Aujourd’hui les villes mondiales, sont les centres de commandement de l’économie-monde. S’y empilent les sièges sociaux, les bourses, les réseaux. Ces villes...
tracking img