L'histoire est-elle une science ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1905 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L’histoire est-elle une science ?
• histoire : Le terme d'histoire désigne deux réalités différentes: 1) la science qui étudie le passé de l'humanité et qui relate et interprète les faits. 2) les événements, les actes, les faits du passé, cad la mémoire des hommes.
• science : Ensemble des connaissances portant sur le donné, permettant la prévision et l'action efficace. Corps de connaissancesconstituées, articulées par déduction logique et susceptibles d'être vérifiées par l'expérience.
Le mot histoire a plusieurs sens en étroite relation puisque l'histoire est le cours des événements et la connaissance de ces mêmes événements ou le récit d'événements dits non historiques car fictifs. Le sens "de base" est : ce qui se passe. S'ajoute le récit de ce qui se passe. Si ce qui se passe estfictif, on nous raconte des histoires, s'il ne l'est pas, on accède à la connaissance du passé, on fait de l'histoire. Attention, dans certains sujets, plusieurs sens sont à envisager.
L'histoire comme récit véridique des événements (distinct du mythe) naît en Grèce au V ième av. JC avec Hérodote et Thucydide. Au XIX ième, l'histoire essaie de calquer ses méthodes sur celles des sciencesexactes et se constitue en science humaine. Sa prétention à la scientificité est elle légitime ?

Il me semble que la nature, qui n'est pas rationnelle, le temps social (l'histoire) peut être expliqué par la raison.
- L'histoire est une connaissance élaborée selon les méthodes scientifiques.
L'histoire n'est pas scientifique. L'observation directe est impossible car le passé n'est plus. Il n'y apas de lois qui puissent être soumises à l'expérimentation. La connaissance historique est toujours
Subjective.
-Le passé n'est pas observable. Nous ne disposons d'aucun moyen pour juger de la vérité du discours
de l'historien, parce qu'il n'est possible de juger les autres époques qu'à travers un présent qui
trouble notre connaissance. Dans la masse des faits du passé, l'historien fait unchoix et son
matériau est peu fiable dans la mesure où il ne comprend pas seulement des événements et des faits
matériels, mais aussi des représentations bâties sur l'imagination et la mémoire des peuples.
-Il n'y a pas de causalité en histoire (principe selon lequel tout phénomène a une cause, qui peut être déterminée rationnellement). Le déterminisme scientifique implique que les mêmes causesproduisent les mêmes effets. Or ceci ne peut absolument pas être établie en histoire. La causalité
suppose des rapports constants et les faits historiques sont uniques. La science ne s'intéresse qu'à ce
qui est nécessaire selon les lois générales alors que l'histoire s'intéresse à tout ce qui touche au
passé. L'application du principe de causalité en histoire masque toujours une philosophie del'histoire.
-Subjectivité de l'historien. Pour que l'historien soit objectif, il faudrait, selon Fénélon,
qu'il ne soit d'aucun pays. Or, toute conscience de l'histoire est une conscience dans l'histoire. Un
historien aussi sérieux que Michelet, qui se voulait scientifiquement irréprochable, a été trahi par
son imagination dans sa vision de l'An mil. Il s'est montré partial envers la monarchiefrançaise,
dont il n'a souligné les excès que pour mieux en négliger le bilan global.
Le passé ne peut être observé directement et les lois de l'histoire ne peuvent être soumises à
l'expérimentation. - L'historien appartient au présent, il ne peut connaître scientifiquement le passé.
La question de l'histoire est un nœud de problèmes (et surtout de « faux problèmes »), car elle fait
appelaussi bien à l'idéologie qu'à la science. L'histoire est en effet une discipline de réflexion
rigoureuse, mais elle a un statut social et, par conséquent, elle est l'objet d'enjeux idéologiques et
politiques. L'histoire n'est pas une « science exacte », puisqu'elle ne peut pas dégager des lois
permettant de dire ce qui va se produire ; aucun historien ne peut viser une objectivité analogue à...
tracking img