L'homme aux rats

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1116 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
L'homme aux rats (névrose obsessionnelle)

Description du cas
En octobre 1907, Freud reçoit en analyse un jeune homme de 29 ans, Ernst Lanzer. L'analyse durera onze mois et aboutira, selon Freud, "au rétablissement complet de la personnalité du malade et à la suppression de ses inhibitions".

Présentation du mal
Le jeune homme se plaint d'obsessions depuis l'enfance, qui reviennent parfoisaprès des périodes d'absences relativement longues, mais avec plus d'intensité depuis la mort de son père survenue 9 ans plus tôt et plus particulièrement depuis 4 ans. Il craint notamment qu'il arrive du mal à deux personnes qu'il aime : son père, décédé, et une dame qu'il aime et qui a rejeté son amour il y a dix ans. Ses obsessions se traduisent par des idées de mal contre ces 2 personnes,qu'il rejette alors violemment, s'imposant ensuite des interdits et des pénitences absurdes et souvent irréalisables.

Le nœud de la névrose : pulsion sexuelle et conflit avec le père refoulé dans l'inconscient
Lors de la 3ème séance le jeune homme raconte comment lors de la mort de son père, il s'est endormi. C'est en se réveillant qu'on lui apprend que son père est décédé. Il se le reprocha. Mais"c'est un an et demi plus tard que le souvenir de son manquement ressurgit et commença à le tourmenter terriblement, au point qu'il se considérait et se traitait comme un criminel". Freud en profite pour l'initier à une hypothèse de la psychanalyse, celle de mésalliance entre le contenu d'une idée et l'affect qui l'accompagne du fait d'une connexion fausse : ici l'affect - se considérer comme uncriminel - est trop fort par rapport à son manquement le jour de la mort de son père. Il y a une connexion fausse entre la culpabilité et son manquement. En réalité, la culpabilité "se rattache à un autre contenu qui n'est pas connu (inconscient) et qui doit d'abord être recherché". Ainsi Freud explique : "nous ne sommes pas habitués à ressentir en nous de forts affects sans contenu représentatif.Quand ce contenu fait défaut, nous nous saisissons d'un autre contenu qui convient plus ou moins et qui sert de substitut". A ce moment du récit, Freud donne une très belle définition de l'inconscient : "L'inconscient, dis-je' est l'infantile, c'est-à-dire cette part de la personne qui s'est séparée dans l'enfance, qui n'a pas suivi le développement de la personne et qui de ce fait a étérefoulée. Les dérivés de cet inconscient refoulé sont les éléments qui alimentent ces pensées involontaires qui constituent son mal".

La résistance
Or c'est cet inconscient qui expliquerait l'attitude agressive contre le père et contre laquelle le patient se défend sans cesse, affirmant qu'il n'avait pas de meilleur ami au monde. Lors de ces séances, Freud tente de lui exposer que son amour intense,voire excessif, déclaré pour son père cache une haine profonde. La résistance du patient est alors très forte et Freud la décrit en des termes très sobres : "après une période sombre et difficile dans le travail de la cure...". Ou un peu plus loin : "après que nous eûmes surmonté une série de résistances extrêmement dures et d'invectives très méchantes...". Il explique ceci par une analogiemédicale : "c'est un fait bien connu que les malades trouvent une certaine satisfaction dans leur souffrance, de sorte qu'en vérité, ils résistent tous partiellement à leur guérison. Il ne doit pas perdre de vue qu'un traitement comme le nôtre progresse tout en faisant l'objet d'une résistance constante".

Le syndrome du lorgnon
Finalement la solution de ses obsessions s'appuiera essentiellement sur larésolution du comportement du jeune homme lors d'un exercice militaire, survenu au mois d'août précédent, et qu'il décrit lors des 2ème et 3ème séances. Lors d'une marche, il égare son lorgnon ou pince-nez. A cette même halte, l'officier lui décrit une torture chinoise particulièrement horrible, où des rats dans un pot placé sur le derrière du condamné creusent son anus. La description de ce...
tracking img