L'homme est bon selon rousseau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2087 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Noel Felipe Ramirez

Jean-Jacques Rousseau
2emme Dissertation

Travail présenté à :
Jean-Pierre Proulx

Dans le cadre du cours de :
L'être humain (340-102-MQ)
Groupe : 00008

Cégep de l’Outaouais
Campus Gabrielle-Roy
19 Noevembre 2010

Introduction

L’être humain est indubitablement bon? Ou c’est seulement un préjugé, car c’est clair que dans le monde où nous vivons existel’haine, la vengeance, l’ambition, l’envie et même le désespoir, que sont des conceptions ou émotions, qui font l’être humain réagir d’une façon erronée, pour se défendre ou pour prouver quelque chose et qu’est la moins indiquée ou recommandée. Ces émotions-là sont ressenties par l’individu à cause des grosses différences, physiques, intellectuelles, culturels, sociales, ou de pouvoir. Alors peut-on direque l’homme est bon, quand il connaît d’autres sentiments différents à l’amour de soi ou la pitié, qu’entre autres produisent des démarches, qu’affectent et font souffrir les autres individus, ou même des sociétés, peuples, pays ou continents entiers? Donc, l’être humain n’est pas tout à fait bon comme Rousseau pensait, car on a des sentiments ou souvenirs du passé qui vont rester pour toujoursdans la mémoire. On porte aussi d’autres émotions, impressions, ou connaissances qui sont en changement et qui varient selon la perception de chacun, et découlent des expériences que la personne vit jour à jour. Mais si l’homme n’est pas bon? Quels conséquences aura sur nous? Si l’homme n’est pas bon, sa veut dire qu’on est danger, mais il ne faut pas s’inquiéter. On doit toujours essayer de fairele plus de bien possible pour la société et pour aider les autres. Le pire ce que dans la vie de tous les jours il faut faire attention parce que ce n’est pas tout le monde qui à les meilleurs sentiments, ce n’est pas tout le monde qui t’aime ou qui est entièrement heureux. Il existe aussi de la douleur et la rage. Qu’est-ce qu’on peut faire?, La seul chose qu’on peut faire dans la viequotidienne c’est de donner tout ce qu’on a, et sortir tout le mal et souffrance qu’on possède. Rousseau pensait que l’homme est peut être bon car il possède l’amour de soi et de la pitié. C’est vrai que tout le monde possède ces sentiments, car ils sont naturels, mais il existe d’autres sentiments, qu’il ne faut pas oublier, si non on serait aveugle. Parce que les sentiments qu’une autre personne ressent atoujours des conséquences sur nous, nos actions ou nos pensés. Alors l’être humain est véritablement bon comme le pensait Rousseau? C’est la question qu’on va développer tout au long de la dissertation, mais pour commencer on va parler du contexte historique de Rousseau, car il est important de connaître sa vie et la société dans laquelle il vivait.

Premier Paragraphe

Né le 28 juin 1712dans la république calviniste de Genève, Jean-Jacques Rousseau perdit sa mère quelques jours après sa naissance. Vers l'âge de douze ans, il commença un apprentissage de graveur mais, malheureux chez son maître, il prit la fuite au bout de quelques années et passa à pied en Savoie (1728). À Annecy, il rencontra Mme de Warens, jeune dame pieuse qui devint sa protectrice et plus tard (1733) samaîtresse. Entre 1736 et 1739, ils vécurent ensemble aux Charmettes, près de Chambéry. En 1742, Jean-Jacques Rousseau se rendit à Paris pour y gagner sa vie comme maître de musique, copiste et secrétaire particulier. Il se lia d'amitié avec Denis Diderot et rédigea des articles sur la musique pour l'Encyclopédie. Son nouveau système de notation musicale n'ayant pas été admis par l'Académie, il se mit àcomposer un opéra, les Muses galantes(1744), qui ne remporta pas le succès attendu. En 1745, il rencontra une jeune lingère, Thérèse Levasseur, qui allait être sa compagne jusqu'à sa mort. Ils eurent cinq enfants, tous placés par leur père à l'hospice des Enfants trouvés. La vocation littéraire de Rousseau, il le raconta par la suite, survint un jour de 1749. En allant rendre visite à Diderot...
tracking img