L'homme est-il perfectible ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2835 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L'homme est-il perfectible ?

Introduction :

L'homme n'est pas parfait, nous le savons. Il est même loin de l'être.
"Les hommes sont faux, ambitieux, vaniteux, égoïstes, et le meilleur ne vaut pas le diable, c'est bien triste", déclare George Sand.

En effet, le mot "perfection" vient du latin "perfectus" et signifie achevé, complet. Ainsi la perfection désigne SOIT quelque chose deconforme à sa définition (comme on dit par exemple d’un cercle qu’il est parfait selon les règles géométriques qui le caractérisent) SOIT ce qui est parfait, à savoir aussi réussi que possible en son genre, à quoi on ne peut rien ajouter ni retrancher. Or ce n'est a priori pas le cas de l'homme, du moins lors de sa venue au monde. Il ne naît pas "complet", "achevé". On ne peut guère plus qualifierl'humanité de finie.

(Car le terme homme du sujet nous pousse bien à envisager la double perspective qu’engage forcément ce mot à savoir l’homme en tant qu’individu ou l’homme désignant l’humanité.)

Mais l'écrivain et humoriste français Alphonse Allais rétorque : "L'homme est plein d'imperfections mais on ne peut que se montrer indulgent si l'on songe à l'époque où il fut créé." Ce qui supposeun temps où l'homme était encore moins "parfait" et sous entend donc une évolution chez lui.

Dans le Littré, l’homme est défini comme l’animal raisonnable qui occupe le premier rang parmi les être organisés et qui se distingue des plus élevés d’entre eux par l’étendue de son intelligence et par la faculté de développer, d’agrandir sa nature grâce à la communication avec les ancêtres etd’augmenter ses richesses intellectuelles et morales (en ce sens, c’est un terme d’espèce qui comprend les deux sexes). Ce qui implique en l'homme une possibilité de se perfectionner, tout imparfait qu'il est.

Pour ce qui en est de la perfectibilité, est perfectible celui qui est susceptible de se perfectionner ou d’être perfectionné, et qui donc tend à s’améliorer, à se rendre plus proche de laperfection ou à devenir meilleur (l'importance se porte ici sur le but). Mais cela peut également avoir le sens d’améliorer ses connaissances, de progresser tout simplement (on privilégie dans ce cas le cheminement).

Ainsi, se demander si l’homme est perfectible reviendrait à évoquer soit la constance chez l’homme de vouloir atteindre un certain idéal de perfection, de parvenir à une finalitéparfaite, soit sa capacité sans cesse renouvelée de progression, d’amélioration, ce que l’on peut également observer à l’échelle de l’histoire.

L’homme, imparfait, est-il perfectible ? Peut-il devenir meilleur ? En quoi ? Y a-t-il une finalité parfaite, une possibilité d’existence d’un être « achevé » ? L'homme, l'humanité, font-ils de la perfection un but OU leur caractère perfectible apparaît-il dansleur seule évolution ? Quelles sont les limites de la perfectibilité humaine ?

On peut remarquer que l'homme se veut tendre vers la perfection mais qu'il ne l'atteindra jamais, le caractère de sa perfectibilité apparaît alors plutôt dans le fait qu'il évolue sans cesse, mais la perfectibilité humaine n'est pas sans comporter ses propres limites, ou son propre revers de médaille.

I-L'hommetend vers un idéal

De la perfectibilité de l'homme en tant qu'individu

L'affirmation de l'humanité

On a tendance à faire de la perfectibilité l'une des différences fondamentales entre l'homme et l'animal. C'est entre autre le point de vue de Rousseau, dont nous aurons l'occasion de reparler.

En effet, à la différence de l'animal, l'homme ne naît pas accompli, le cerveau humain à lanaissance est beaucoup moins développé que le cerveau animal (le développement du système nerveux humain étant plus lent que celui de l’animal).

L'homme ne doit qu'à ses seules forces de perfectionner son humanité et trouve dans les ressources de la raison les moyens de réaliser sa destinée.

« Chacun de nous est un essai de la nature dont le but est l’homme. » Herman Hesse.

Ainsi, dès...
tracking img