L'homme est un loup pour l'homme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (283 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
On aimerait penser que la nature porte les hommes à l’entente et qu’ils sont spontanément enclins à vivre ensemble. Si la sociabilité était naturelle àl’espèce humaine, l’optimisme serait permis en politique. L’expérience conforte-t-elle cet espoir ? Qu’est-ce qui en fait pousse les hommes à s’assembler ?

Si c’étaitun instinct bienveillant, l’être humain devrait rechercher l’être humain en tant que tel, et ne faire aucune différence entre ses semblables. Ce qui se faitinstinctivement a lieu sans calcul ni discernement ; on devrait donc se plaire en la compagnie du premier venu au lieu de préférer ceux qui nous sont utiles ou quinous estiment. Ce qui n’est évidemment pas ce qu’on observe.

On voit au contraire les hommes se retrouver par le besoin qu’ils ont les uns des autres. Ainsidu commerce et des négociations. Ils se rassemblent aussi pour se divertir, et satisfaire leur amour-propre. Remarquez en effet comme on se plaît à ce qui faitrire : quel entrain pour souligner les ridicules et les travers des gens ! Comme on égratigne les absents, comme on blâme leurs paroles et leurs actes ! Etc’est ainsi que nous faisons ressortir nos belles qualités. Que d’ennui sinon… Se réunit-on pour philosopher entre gens cultivés ? Autant de présents, autant desavants. Chacun se fait fort d’instruire les autres et se glorifie d’en savoir plus tout en craignant de paraître ignorant.

Ce qui assemble les hommes pourHobbes, c’est donc la nécessité et le désir de briller, nullement la bienveillance. Loin de s’accorder naturellement, ils se cherchent et se craignent à la fois.
tracking img