L'homme est visiblement fait pour penser

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3557 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
- Salut!
- Salut! Puis, le premier cours de philo; comment as-tu trouvé le sujet?
- Je ne sais trop! Il m’a semblé y avoir des choses pertinentes, peut-être même des choses très importantes mais, en vérité, je ne sais pas si j’ai vraiment compris. Je ne m’étais jamais vraiment arrêté pour réfléchir à ces sujets avec un peu plus de profondeur. De plus, je n’ai pas trouvé le texte que leprofesseur nous a fait lire très évident.
- Ha? Tu trouves? Je l’ai trouvé assez simple et assez clair, moi : « L’homme est visiblement fait pour penser; c' toute sa dignité et tout son mérite; et tout son devoir est de penser est comme il faut. Or l' ordre de la pensée est de commencer par soi, et par son auteur et sa fin. Or à quoi pense le monde? Jamais à cela; mais à danser, à jouer du luth, àchanter, à faire des vers, à courir la bague, etc., à se battre, à se faire roi sans penser à ce que c' qu' est être roi, et qu’être homme1. »
- Hein? Tu l’as appris par cœur? Méchant bollé! Apprends-tu par cœur tout ce que les profs disent?
- Je ne l’ai pas appris par cœur … je m’en souviens. De toute façon, je ne vois pas ce qu’il y a de mal à mémoriser de beaux textes. Il y a vraiment matièreà réflexion dans cette pensée de Pascal.
- Beau texte! Beau texte! Je veux bien, mais trouves-tu cela évident, toi, que l’homme soit « visiblement » fait pour penser? S’agit-il d’une évidence pour tout le monde?
- Je pense que oui! Nous en faisons tous l’expérience interne, non?
- Je veux bien, mais alors nous pourrions en dire autant de tout ce dont nous avons l’expérience interne : l’hommeest visiblement fait pour dormir, pour avoir froid, pour souffrir, pour manger, etc. Cette « pensée » n’est-elle rien qu’un truisme?
- Ne sois pas trop simpliste, mon ami! L’évidence sur laquelle Pascal veut que nous portions notre regard ne concerne peut-être pas le fait que nous pensions. Si c’est tout ce qu’il voulait dire, je te concède qu’on serait près de la banalité. Je pense qu’ilvoulait dire plus que cela et que la pertinence de cette pensée est de nous amener à réfléchir au fait qu’il semble bien que nous soyons faits « pour » penser?
- Est-il évident que nous soyons faits « pour » penser? D’ailleurs, qu’est-ce que cela signifie « être fait pour penser »?
- Il me semble clair que sommes faits pour penser. À l’évidence il y a là une différence entre l’homme et l’animal :manger, souffrir, avoir froid, dormir sont des expériences que nous partageons avec les animaux. Nous pourrions même dire que ce sont des expériences que nous ressentons parce que nous sommes des animaux; mais la pensée est quelque chose qui nous est propre. Les animaux sont mus par l’instinct, ils agissent conformément à leur instinct. Ainsi, par exemple, nous ressentons la faim instinctivement,nous digérons instinctivement et nous ne décidons pas de nous endormir : notre corps nous l’impose instinctivement. Par contre, nous avons la possibilité de penser. Cela nous caractérise en propre et c’est ce qui permet de dire que, en tant qu’êtres humains, nous sommes faits « pour » penser.
- La pensée est-elle vraiment une possibilité? N’y sommes-nous pas obligés au même titre qu’à lanutrition? Qu’au repos?
- En un sens, tu dis vrai. L’homme n’est pas libre d’être un être pensant, pas plus qu’il n’est libre d’être un animal pourvu de facultés sensibles. Mais il est libre d’exercer plus ou moins cette faculté, comme il est libre de s’alimenter plus ou moins à l’intérieur de certaines limites. Il n’est pas libre de devoir penser, pas plus qu’il n’est libre de devoir se reposer. Parcontre, il est libre, à l’intérieur de certaines limites, de s’accorder plus ou moins de repos. Il n’est pas libre de digérer, mais il l’est, toujours à l’intérieur d’un certain cadre, de choisir ce qu’il aura à digérer. En plus de la nécessité naturelle à laquelle l’homme est soumis comme tous les autres animaux, il y a chez lui une capacité de penser qui s’ajoute au seul instinct animal et qui...
tracking img