L'homme et l'animal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4133 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« Du rapport des hommes avec les animaux »,
La Rochefoucauld,
Maximes et réflexions diverses

La question du rapport entre les hommes et les animaux date de temps forts reculés. L'homme a toujours revendiqué une place dominante par rapport à l'animal, fondée ou non en fonction des écrivains, philosophes...Pourtant, l'animal se montre parfois aussi intelligent que l'homme alors pourquoi unetelle différence émise? A titre d'exemple, Descartes revendiquait lui la théorie de « l'animal-machine » en associant chaque mouvement de l'animal à des réactions mécaniques et en lui enlevant tout psychisme. C'est au cours du XVIIe siècle que cette théorie fut désapprouvée par quelques auteurs. Jean de la Fontaine cherche de son temps à montrer que les animaux sont plus proches des humains quel'on ne le pense et écrit ainsi ses fables en utilisant les animaux pour critiquer la société de son époque. Hobbes, lui, qualifie la société du XVIIe comme un état « de la guerre de chacun contre chacun » où « l'homme est un loup pour l'homme ». Ce dernier proverbe est tout à fait dans l'esprit de la pensée de La Rochefoucauld, notamment dans sa réflexion  du rapport des hommes avec les animaux. Cesauteurs sont considérés comme dénigreurs de l'espèce humaine du XVIIe en dénonçant ainsi les rapports humains jusqu'à les comparer aux rapports qu'entretiennent les animaux entre eux. C'est dans la réflexion du rapport des hommes avec les animaux que La Rochefoucauld met en parallèle l'homme et l'animal en décrivant l'homme dans tous ses états par le biais d'une écriture qui se veut lucide etpersuasive.

La réflexion de La Rochefoucauld, de la même façon que l'ensemble de son œuvre, est établie comme un postulat. Il présente ses mots et idées comme une vérité universelle par le biais de l'utilisation du présent de vérité générale. Son propos débute en effet sur l'expression « Il y a » et il affirme de cette façon qu'  « il y a autant de diverses espèces d'hommes qu'il y a de diversesespèces d'animaux »(l.1-2). La répétition de l'adverbe « diverses » dans cette même phrase affirme la revendication de la diversité humaine que veut opérer l'auteur. Il présente la société qu'il décrit comme une espèce de « zoo moderne » où toutes les espèces humaines cohabitent, de manière plus ou moins positive. Son propos est organisé de manière homogène, il s'agit en effet d'une descriptiondes rapports humains par le biais d'une énumération d'un grand nombre d'espèces animales. La Rochefoucauld trouve en chaque animal cité un comportement similaire à une espèce d'homme parmi les autres. Il cite de cette façon presque cinquante espèces différentes. Il existe une multitude d'espèces animales que nous croisons chaque jour, en associant les hommes et les animaux sur l'optique de ladiversité dès le début du texte, il revendique alors la diversité humaine en décrivant la diversité animale. Il trouve en chaque animal un homme différent. Le propos semble à première vue organisé, les paragraphes paraissent découpés en fonction des espèces d'animaux : le premier paragraphe décrit des prédateurs tels que des tigres (l.7), des« lions »(l.9), des ours(l.10)..., le second paragraphe semblelui décrire différentes espèces de chiens, avec cependant une apparition de « singes »(l.24) et de paons(l.27). La logique de la description commence alors à être floue, puis La Rochefoucauld énumère dans le troisième paragraphe des espèces d'oiseaux. Le quatrième paragraphe en revanche peut être qualifié de « zoo moderne », aucune organisation n'est visible dans ce paragraphe bien plus long queles deux derniers assemblés, La Rochefoucauld passe du « chat »(l.39 )à la vipère(l.41), des araignées(l.42) aux « hiboux »(l.46)...L'ensemble de son propos est censé décrire les différentes espèces d'hommes, il insiste sur la diversité humaine sans pourtant énoncer une seule des catégories parmi la classification qu'il veut décrire. Chaque homme est en effet rapporté à un animal, l'auteur cite...
tracking img