L'homme qui plantait des arbres de giono

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2028 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« L'homme qui plantait des arbres » de Jean Giono

Je vais vous présenter L'homme qui plantait des arbres qui est un roman écrit par Jean Giono et illustré par Willi Glasauer publié aux éditions Gallimard jeunesse dans la collection Folio Cadet en 2002.

Jean Giono est un écrivain provencal français qui est né en 1895.Il a écrit des nombreuses oeuvres multiformes comme des poèmes, des piècesde théâtre, des scénarios de cinéma, des essais mais il fut esssentiellemnt reconnu pour ses romans, récits et nouvelles où Giono apparaît comme un conteur prodigieux.
Jean Giono a écrit l'homme qui plantait des arbres en 1953.Dans cette oeuvre, Giono est sans conteste, un humaniste et un pacifiste.Ce texte a été mis volontairement dans le domaine public à sa création par l'auteur et celui-ci aété traduit dans toutes les langues et diffusé dans le monde entier.

Willi Glasauer est né en 1938 en République Tchèque.Il se consacre exclusivement à l'illustration de livres pour la jeunesse dont il travaille les détails de ses illustrations aux crayons privilégiant le mouvement et le réalisme.

L'homme qui plantait des arbres est un récit illustré classique cité dans la listeministérielle du cycle 3.A l'origine, cette oeuvre n'est pas du tout destinée aux enfants mais a été conçu comme un article de journal destiné à une revue écologique ce qui explique que le ministère classe ce texte difficile comme étant de niveau 3.

Résumé:
Le narrateur raconte comment au hasard d'une promenade dans la montagne de Haute Provence, il rencontre Elzéard Bouffier un berger paisible etsolitaire qui l'accueille pour la nuit et dont il découvre l'activité surprenante dans cette région désertique.
Elzéard Bouffier reboise cette terre désolée en plantant inlassablement des milliers d'arbres dont il sélectionne les graines avec minutie.Il plante des arbres sans que personne ne lui ait rien demandé mais simplement pour revitalise une région devenue totalement aride.
Le voyageur quitteElzéard Bouffier le lendemain de sa visite pour poursuivre sa route.
Après avoir connu les horreurs de la guerre de 1914, le narrateur revient voir Elzéard Bouffier, chaque année jusqu'en 1945 où il découvre comment le reboisement a totalement transformé la région autrefois désertique en un agréable lieu de vie. Les forêts magnifiques ont ralenti la course du vent, retenu l'eau et ainsi faitrenaître la vie grâce la détermination d'un seul homme.

J'ai choisi de vous lire ce passage car tout d'abord, c'est la première fois dans l'ouvrage où le berger rencontre une autre personne que le narrateur mais c'est également la première fois que l'auteur nous fait part du regard extérieur que porte la population locale sur la forêt plantée par le berger.En effet, dans cet extrait dit sur un tonironique par l'auteur, le travail d'Elzéard Bouffier est reconnu même si les populations locales croient que c'est une forêt naturelle.

Choix de l'extrait:
En 1933, il reçut la visite d'un garde forestier éberlué. Ce fonctionnaire lui intima l'ordre de ne pas faire de feu dehors, de peur de mettre en danger la croissance de cette forêt naturelle. C'était la première fois, lui dit cet hommenaïf, qu'on voyait une forêt pousser toute seule. À cette époque, il allait planter des hêtres à douze kilomètres de sa maison. Pour s'éviter le trajet d'aller-retour – car il avait alors soixante-quinze ans – il envisageait de construire une cabane de pierre sur les lieux mêmes de ses plantations.
Ce qu'il fit l'année d'après.En 1935, une véritable délégation administrative vint examiner la « forêtnaturelle ». Il y avait un grand personnage des Eaux et Forêts, un député, des techniciens.
On prononça beaucoup de paroles inutiles.On décida de faire quelque chose et, heureusement, on ne fit rien, sinon la seule chose utile : mettre la forêt sous la sauvegarde de l'État et interdire qu'on vienne y
charbonner. Car il était impossible de n'être pas subjugué par la beauté de ces jeunes...
tracking img