L'homme romantique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1351 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Goethe, Chateaubriand, Pouchkine...sont autant de grands noms du romantisme européen, courant qui prend sa source dans l'exaltation des sentiments, un rapport de plus en plus proche de l'homme avec la nature, mais aussi un regain de nationalisme qui permettra la propagation de ce courant. Mais c'est aussi et surtout une écriture des états du cœur, de l'amour, de la mort. Lamartine est leprécurseur du romantisme français. Dans un long poème en hommage au poète romantique anglais Lord Byron, il délivre sa vision de l'homme romantique. En voici un extrait :
« l'homme est un dieu tombé qui se souvient des cieux...
Dans la prison des sens enchaîné sur la terre,
Esclave il sent un coeur né pour la liberté ;
Malheureux, il aspire à la félicité ;
Il veut aimer toujours, ce qu'ilaime est fragile!
Tout mortel est semblable à l'exilé d'Eden... »
Problématique : En nous appuyant sur trois œuvres phares du romantisme que sont Atala-René, Eugène Onéguine, et Les souffrances du jeune Werther nous pourrons nous demander en quoi cette définition de l'homme romantique dans les vers de Lamartine semble illustrer la dualité du romantique.
Plan :
I Le héros romantique estcondamné à la souffrance.
II Il aspire pourtant à un absolu, un état de grâce.
III Le romantique se plonge lui même dans cette souffrance et semble même s'y complaire.
Dans un premier temps, nous allons nous intéresser à la vision la plus évidente de ces vers de Lamartine : l'homme romantique semble en effet condamné à souffrir. Pour expliquer cela, nous montrerons dans un premier tempsque le romantique prend conscience de sa petitesse face à l'infini. Il est « enchainé sur la terre ». Ensuite, nous nous attacherons à expliquer son ennui, qui provoque un véritable vide existentiel, pour finalement montrer que même l'amour qu'il idéalise le mène à la désillusion puisqu'il « veut aimer toujours, ce qu'il aime est fragile ».
L'homme face à l'infini de l'univers : laconscience de n'être rien -l'homme est limité dans l'espace et le temps => René, observant l'immensité devant lui lors de son exil. Il a conscience de n'être rien : idée de mort alors qui lui vient.
-il prend conscience de son enfermement dans le monde => Werther est condamné à souffrir car les hommes autour de lui ne comprennent pas l'ampleur de ses sentiments. Malheureux alors.L'ennui, cause d'un vide existentiel et d'une remise en cause de la vie -nostalgie d'un âge d'or => l'enfance est un thème inhérent dans Werther; conscience qu'il ne pourra jamais retrouver cet état, donc tristesse.
-la fuite pour trouver un sens à la vie => Pas à sa place chez son père adoptif, Chactas va fuir pour retrouver ses origines primitives. Aussi ennui constant de Werther, qui seremarque à travers ses errances.
La désillusion face à un amour trop idéalisé. -né d'une aspiration à Dieu, forcément décevant ensuite => idéalisation ici de {text:soft-page-break} l'homme aimé par Tatiana. Va chez lui et ses livres deviennent des objets de culte. Amour déçu.
-remplacer l'amour par l'amour de Dieu => Amélie est sauvée par la religion. Se fait consacrer. Mais attention,meurt ensuite dans l'exercice de sa foi. Paradoxe!
Pourtant, bien que le romantique semble en souffrance constante, il aspire à un absolu, qui semble être le bonheur, et comme le dit Lamartine, « Malheureux, il aspire à la félicité ». C'est tout le problème du romantique, pris entre deux néants et cherchant malgré tout le bonheur. Mais si même l'amour ne peut le rendre heureux, comment peut-iltrouver cet idéal? Tout d'abord, il aspire à un idéal de liberté qui le transcende. Ensuite, nous pouvons aussi remarquer qu'à travers Dieu il peut atteindre le bonheur. Enfin, le mysticisme du romantique permet même de transformer l'amour douleur en foi.
L'idéal de liberté, la quête d'un monde meilleur -croire au progrès, nouvelle vision du monde => fuite de René dans l'espoir de...
tracking img