L'horrible danger de la lecture

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1647 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire littéraire
Ayant été incontestablement l’une des plus grandes figures des Lumières, l’illustre Voltaire a, durant toute son existence, combattu le fanatisme et l’ignorance, entre autres.
Dans le texte qui fera l’objet de notre commentaire, il condamne habilement la censure, les travers et les abus du système politique français qu’il tourne en dérision, pour mieux affirmer les idéauxdes Lumières.
Dans une première partie de ce commentaire, nous pourrons constater que ce rendu de jugement s’agit en fait d’un violent pamphlet dont la visée réelle a été détournée. Ensuite, nous montrerons que les idéaux des philosophes des Lumières s’affirment entre ces lignes qui, à la vérité, bafouent la censure, l’Église, et les institutions françaises.

I. Un violent pamphlet, mais desmoyens indirects

Le pittoresque de la fiction orientale

À une époque où la censure guette, les philosophes des Lumières sont contraints de détourner la véritable visée de leurs écrits.
Pastiche du jugement équitable, procédé ironique et satirique de la rétorsion 

Aussi Voltaire choisit-il de dépayser sa critique, dans ce rendu de jugement trompeur. Faire parler Joussouf-Chéribi, c’estmettre sur le compte du cruel archaïque despotisme orienta l – tel que se le représente les occidentaux –, l’étroitesse de vue de la censure, et non s’attaquer directement aux censeurs royaux. Un orientalisme de pacotille dont le pittoresque provient tout d’abord de la mention des noms et qualités des dignitaires du gouvernement ottoman (», « Saïd-Effendi, ci-devant ambassadeur de la Sublime Porte»). Et si le nom propre « Joussouf-Cheribi » a une consonance comique, la date choisie et présentée selon l’éphéméride musulmane se trouve discréditée par le lieu de rédaction (dans notre palais de la stupidité »). Ensuite, le point de vue ottoman permet de nommer la France par une désignation comique qui en souligne la petitesse : « un petit État nommé Frankrom, situé entre l’Espagne et l’Italie ».À mentionner aussi que les références religieuses dans le texte y sont extrêmement nombreuses, comme pour mieux faire ressembler le texte à une fiction orientale, mais surtout pour s’attaquer à l’Église. En effet, même si l’auteur du jugement se réclame de Mahomet, même si les mots/expressions et les désignations imagées employées telles que « diminuer le nombres de pèlerins de la Mecque » ou «Lumières de Lumières » rappellent l’orient et la religion musulmane, d’autres indices tendent à semer le doute chez le lecteur : des expressions qui peuvent très bien avoir été prononcées par un prédicateur français (« le respect qu’ils ont pour Dieu », « contre les ordres de la providence », « pour l’édification des fidèles et le bien de leur âmes », « sous peine de damnation éternelle », «enjoignons à tous les vrai croyants ») ou être tout droit sorties d’une conversation de salon parisien (« ce qu’à Dieu ne plaise »).
Outre l’emploi de la fiction orientale, Voltaire met en œuvre d’autres moyens pour détourner la véritable visée de son texte. La stratégie polémique de la rétorsion en est un. Dans ce pastiche, Voltaire reprend en effet l’argumentation de son adversaire pour son compte,pour mieux en montrer l’erreur et l’absurdité (emploi d’un rendu de justice équitable). Il fait alors appel à l’ironie, dont il sait si habilement la manie. Mais cette ironie ne réside pas que dans le fait de feindre d’employer le discours de l’adversaire en simulant de le valoriser, non puisque l’auteur introduit discrètement des marques de jugement (modalisateurs : « évidemment ;»,
« La sainedoctrine »…) des éléments de discours dévalorisant. Mais surtout, par la juxtaposition de fait ou d’élément contradictoires (emploi d’antithèses, d’oxymores et d’amalgames ; établissement de rapprochements satiriques et de faux rapports logiques), l’auteur fait éclater l’absurdité nocive du système autoritaire et obscurantiste :
Sottise / bénédiction Þ amalgame
Ignorance / gardienne des États...
tracking img