L'identité française, dissertation.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1243 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Lors de la campagne présidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy voulait crée un ministère de l’identité nationale, laissant entendre qu’il existe une identité nationale stable et immuable qui serait menacer par l’immigration. Qu’est ce donc que cette identité française ?
En novembre 2009, Eric besson proposer de débattre sur la question de l’identité nationale. En dehors des considérationspolitiques de ce débat, on peut se demander quelles sont les valeurs sur lesquelles repose la nation française.
Le candidat Sarkozy avait résumé cette identité aux valeurs de démocratie et liberté.
Mais ces valeurs ne sont pas spécifiques à la France. L’identité est justement ce qui nous caractérise, ce qui fait que nous sommes français. Il existe une conception française de la nation, un modèlefrançais mais le fait d’élever l’identité au rang de thématique politique prouve que cette identité est aujourd’hui en crise. On ne débat pas d’une identité qui ne pose pas problème.

I) Une certaine idée de la France

1) Nation ouverte, nation fermée.

L’identité nationale est quelque chose qui évolue, c’est une construction mais c’est aussi un héritage. Parmi les héritages les plusimportant : révolution française qui invente la nation. Sous la monarchie, il n’existait que des sujets. Le citoyen est né avec la révolution. Les rois on fait la France mais la révolution à crée la nation française.
Qu’est ce que cette nation révolutionnaire ?
Volonté d’appartenance. Etre français, c’est vouloir être français. On parle alors de nation ouverte par rapport à la nation fermée quiadopte des critères très strictes et concrets, comme le nationalisme allemand. C’est aussi une nation universelle (comme les Etats-Unis). Les droits de l’homme de 1789, sont une conception universelle.
La France existe donc tant que l’on se reconnaît en elle par opposition a la nation allemande qui repose sur des critères concrets.
« La patrie c’est ce qu’on aime »
Fustel de Coulanges.« La patrie est un plébiscite de tous les jours »
Ernest Renan, 1871.
Cette conception a connu quelques crispations, dans les années 1930, sous le régime de Vichy, et depuis les années 1970.

2) Une nation une et indivisible.

14 juillet 1790 : fête de la fédération à Paris.
Représente l’unité d’un pays divers ethniquement et linguistiquement.
« La France est un agrégat depeuples différents »
Voltaire.
Faux depuis 1789 car il n’y a plus qu’un peuple français.
L’école de jules ferry à étendu la langue française au pays tout entier
Le chemin de fer et les grands médias ont uniformisé le pays.
Cette diversité à éviter à la France la dérive fasciste dans les années 1930. A la différence des nazies qui se fondaient sur la notion d’un peuple unique, pure,les nationalistes français les plus dures n’ont jamais défendus l’idée d’une pureté raciale nationale.
En 1991, le conseil constitutionnel à invalidé une loi dans laquelle le peuple corse était différencié du peule français.
Cette uniformisation a conduit à la centralisation du pays. Centralisation jacobine, commence avec la monarchie absolue.
La régionalisation conduit a un mouvementinverse qui remet en cause l’unité nationale.

3) La nation messianique

La France n’est pas un pays comme les autres. Elle est persuadé, au cours de son histoire, d’avoir une mission, un message a portée à l’humanité.
A droite : La France à été choisie par Dieu. La France doit brandir le flambeau des idées révolutionnaires, renversé les tyrannie. La marseillaise est le chant révolutionnairedu monde avant l’internationale.
Le colonialisme français s’inscrit dans cette dimension. Il s’agit d’apporter la lumière aux peuples qui vivent dans l’ombre.

II) Un model original

1) Les deux Frances, un pays de guerre civile.
Pays de clivage, difficile d’être au centre.
Clivage plus ou moins fort. Il est aujourd’hui très atténué

2) Le refus du pragmatisme, un pays de...