L'ile du droit à la caresse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1220 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture littéraire
Présentation du livre :
« L’île du droit à la caresse » est un album de littérature jeunesse écrit par Daniel Mermet et illustré par Henri Galeron, édité en 2006, aux éditions panama. Il est destiné à un public de cycle 3 .
Résumé :

La belle lurette est tombée en panne de confettis et passe la nuit sur l’île du droit à la caresse. Les arbres à confettis étant trop jeunes,elle décide de découper des confettis dans le seul livre de l’île, le dictionnaire. Le narrateur s’énerve en voyant cela et la belle lurette lui promet de refaire le dictionnaire. Tous les jours s’inventent de nouveaux mots et de nouvelles définitions sur l’île du droit à la caresse. Mais, cette nouvelle façon d’écrire n’a pas plu aux « ortograves » qui ont décidé d’envahir l’île pour ainsiobliger les habitants à parler et à écrire correctement. Mais les habitants ne vont pas se laisser faire face à cette attaque et vont répliquer. Ainsi, ils vont les renvoyer chez eux et continuer à parler comme ils en ont envie.
Cet album aborde l’idée de liberté. Une liberté symbolisée par l’île et le mode de vie de ses habitants. En effet, l’île est un objet de convoitise qui mène à unetentative de colonisation.
Passage : L’attaque : « Et un beau matin, …………… coquelourdes flexueuses ».
Analyse du fond:
Dans cet album, on voit donc qu’il y a une tentative de dictature avec l’attaque d’avion en forme de stylo sur cette île qui joue avec les mots. Cette attaque symbolise une censure de la manière d’écrire de ces habitants pour se rattacher à une tradition littéraire. E n effet, leshabitants de cette île ont un langage bien particulier, différent des autres. Les Ortograves vont tenter de corriger cela en envahissant l’île et en la bombardant grâce aux stylos-avion. On peut d’ailleurs observer sur l’image la multiplication de la figure d’un des ortograves (ce qui peut rappeler la propagande de Staline ou de tout autre dictateur). C’est une manière de censurer les manièresd’écrire pour se rattacher à une tradition littéraire.
On peut aussi analyser la forme de cet album de 2 façons, l’une à travers le texte et l’autre à travers les images.
Analyse du texte :
Tout d’abord nous pouvons remarquer que l’introduction du texte est accrocheuse mais qu’elle peut perturber la lecture. «Les grandes coquelourdes flexueuses felouquaient sur la plage bleue de Trébizonde ». C’estune description du lieu ou se passe l’histoire avec des mots nouveaux, qui n’existent pas. Il faut avancer dans le livre pour comprendre le sens global, sans forcement comprendre le sens de chaque mot.
Ensuite nous pouvons voir que Daniel Mermet joue avec les champs lexicaux. En effet, il transforme les noms communs en verbe, mais il garde quand même les règles de grammaire et de syntaxe : lesverbes sont au passé simple et à l’imparfait, on a sujet, verbe, complément.
Ex : J’étais entrain d’arroser des carabs grimpant lorsque résonna le tintinnabule stridant de sa boite d’alloufs aéroménétrique.
On y découvre une volonté de jouer avec les mots tout en ayant un sens.
A cela s’ajoute des illustrations originales allant dans le même sens mélangeant plusieurs univers.
Analyse desimages :

Dés la première page, nous voyons un personnage avec un corps humain et une tête animal. On peut aussi s’apercevoir que ce personnage est dos à la mer tandis que dans la dernière page il est face à la mer où on voit toujours une ligne d’horizon. Cette perte de vue symbolise l’étendue de liberté qu’ils ont à la fin de l’histoire, après avoir chassé les stylo-avions.
Les dessins sont misen parallèle avec les mots utilisés. Ils sont soignés, avec beaucoup de détails et des couleurs vives. Ce ne sont pas dessins enfantins mais plutôt à l’aspect réaliste.

Lien avec d’autres œuvres :

Cet album peut être rattaché à d’autres œuvres littéraires.
* Robinson Crusoé pour le thème de l’ile déserte colonisée. Robinson Crusoë s’embarque pour la Guinée le 1er septembre 1659....