L'iliade et la force

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 39 (9679 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 septembre 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Simone Weil
(1909-1943)

L’ILIADE OU LE POÈME DE LA FORCE
Publié dans Les Cahiers du Sud [ Marseille ] de décembre 1940 à janvier 1941 sous le nom de Émile Novis

La traduction des passages cités est nouvelle. Chaque ligne traduit un vers grec, les rejets et enjambements sont scrupuleusement reproduits ; l'ordre des mots grecs à l'intérieur de chaque vers est respecté autant que possible.(Note de S. Weil.) Le vrai héros, le vrai sujet, le centre de l'Iliade, c'est la force. La force qui est maniée par les hommes, la force qui soumet les hommes, la force devant quoi la chair des hommes se rétracte. L'âme humaine ne cesse pas d'y apparaître modifiée par ses rapports avec la force ; entraînée, aveuglée par la force dont elle croit disposer, courbée sous la contrainte de la forcequ'elle subit. Ceux qui avaient rêvé que la force, grâce au progrès, appartenait désormais au passé, ont pu voir dans ce poème un document ; ceux qui savent discerner la force, aujourd'hui comme autrefois, au centre de toute histoire humaine, y trouvent le plus beau, le plus pur des miroirs. La force, c'est ce qui fait de quiconque lui est soumis une chose. Quand elle s'exerce jusqu'au bout, elle faitde l'homme une chose au sens le plus littéral, car elle en fait un cadavre. Il y avait quelqu'un, et, un instant plus tard, il n'y a personne. C'est un tableau que l'Iliade ne se lasse pas de nous présenter : … les chevaux Faisaient résonner les chars vides par les chemins de la guerre, En deuil de leurs conducteurs sans reproche. Eux sur terre Gisaient, aux vautours beaucoup plus chers qu'àleurs épouses. Le héros est une chose traînée derrière un char dans la poussière : … Tout autour, les cheveux Noirs étaient répandus, et la tête entière dans la poussière Gisait, naguère charmante ; à présent Zeus à ses ennemis

Avait permis de l'avilir sur sa terre natale. L'amertume d'un tel tableau, nous la savourons pure, sans qu'aucune fiction réconfortante vienne l'altérer, aucune immortalitéconsolatrice, aucune fade auréole de gloire ou de patrie. Son âme hors de ses membres s'envola, s'en alla chez Hadès, Pleurant sur son destin, quittant sa virilité et sa jeunesse. Plus poignante encore, tant le contraste est douloureux, est l'évocation soudaine, aussitôt effacée, d'un autre monde, le monde lointain, précaire et touchant de la paix, de la famille, ce monde où chaque homme est pourceux qui l'entourent ce qui compte le plus. Elle criait à ses servantes aux beaux cheveux par la demeure De mettre auprès du feu un grand trépied, afin qu'il y eût Pour Hector un bain chaud au retour du combat. La naïve ! Elle ne savait pas que bien loin des bains chauds Le bras d'Achille l'avait soumis, à cause d'Athèna aux yeux verts., Certes, il était loin des bains chauds, le malheureux. Iln'était pas le seul. Presque toute l'Iliade se passe loin des bains chauds. Presque toute la vie humaine s'est toujours passée loin des bains chauds. La force qui tue est une forme sommaire, grossière de la force. Combien plus variée en ses procédés, combien plus surprenante en ses effets, est l'autre force, celle qui ne tue pas ; c'est-à-dire celle qui ne tue pas encore. Elle va tuer sûrement, ouelle va tuer peut-être, ou bien elle est seulement suspendue sur l'être qu'à tout instant elle peut tuer ; de toutes façons elle change l'homme en pierre. Du pouvoir de transformer un homme en chose en le faisant mourir procède un autre pouvoir, et bien
-3-

autrement prodigieux, celui de faire une chose d'un homme qui reste vivant. Il est vivant, il a une âme ; il est pourtant une chose. Êtrebien étrange qu'une chose qui a une âme ; étrange état pour l'âme. Qui dira combien il lui faut à tout instant, pour s'y conformer, se tordre et se plier sur elle-même ? Elle n'est pas faite pour habiter une chose ; quand elle y est contrainte, il n’est plus rien en elle qui ne souffre violence. Un homme désarmé et nu sur lequel se dirige une arme devient cadavre avant d'être touché. Un moment...
tracking img