L'imagination

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1091 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
On ne devient pas riche en augmentant les biens, mais en diminuant les besoins
Epicure

Introduction :
La définition générale du mot riche est : qui possède de la fortune, des biens en abondance, aspirant à un certain privilège. Cependant, dans un sens plus moderne, on peut aussi le définir comme ce qui a beaucoup de valeurs,d’intérêts à nos yeux (la famille, les amis,…). De ce fait, devenir riche n’aura pas la même signification pour chaque individu, car nous avons tous une version différente de ce qu’est la richesse.
Nous remarquons également la présence de la négation « on ne devient pas » mettant en évidence l’adjectif riche suivi par le mot mais qui indique bien l’idée d’opposition introduite entre les mots biens etbesoins.
Le bien est ce que nous possédons. S’opposant à la pauvreté, il suppose une vie aisée. Au contraire le besoin traduit un état de manque. C’est une insuffisance de ce qui est perçu comme nécessaire.

Tentant de traduire cette citation en d’autres mots, je dirais : nous ne pouvons obtenir ce dont nous rêvons, si nous cherchons à avoir plus que ce qui nous est nécessaire.

Problématique :Comment trouvé justement le bonheur ? Comment faire la différence entre plaisir et besoin ? Quels sont les risques encourus par le manque d’homme raisonnable sur notre planète ? Quelles sont les conséquences de la surconsommation ? Quels sont les enjeux pour notre société ? Comment savoir quel futur nous attend si personne n’est prêt à l’effort ? Tant de questions qui nous concernent directementà cause de notre trop grande aptitude à vouloir toujours plus que ce que nous possédons et de notre incompétence à savoir quelles sont nos vraies richesses.

Développement :

Devenir riche est le rêve de nombre de personnes. Beaucoup aimeraient avoir tout ce dont elles ont envie sans efforts. D’autres n’hésitent pas à accumuler les heures de travail, obnubilées par le pouvoir que peut procurerl’argent. Pourtant peu comprennent que la richesse ne se cache pas forcément derrière des biens matériels, mais simplement dans les choses simples de la vie : habiter dans un petit coin de paradis, prendre le temps de rendre service, avoir un entourage qui nous aime, regarder un beau paysage. Une amitié très forte peut être aussi précieuse que n’importe quelle somme d’argent.

Mais quellestraces suivrent ? Comment trouver ce qui compte vraiment pour chacun d’entre nous ? Epicure était un philosophe matérialiste. Sa plus grande préoccupation était d’arriver à atteindre le bonheur. Il fonda la sagesse du plaisir. Il disait que tout plaisir n’est pas bon (pouvoir, gloire, richesse) et que l’homme doit les combattre si il veut accéder au bonheur, sous-entendant une vie austère et simple.Il expliquait qu’il faut savoir renoncer à un plaisir qui entraînerait plus de désagréments et accepter certaines douleurs comme conditions d'un plaisir plus grand. Diminuer les besoins suggère un sacrifice mais les conséquences qui en découlent permettent de découvrir ce qui nous est vraiment essentiel.

Il est clair, que depuis toujours l’homme possède des besoins naturels et indispensables.Mais de siècle en siècle, l’homme s’est détourné du nécessaire, pour accéder à toujours plus de confort, de luxe, nourrissant des désirs toujours plus grands. Mais jusqu’où pourrons- nous continuer ? Comment ferons-nous quand il n’y aura plus de ressource ? L’homme se détache peu à peu des vrais plaisirs de la vie, aveuglé par l’argent et le pouvoir. Il oublie les seules choses qui persistentquand la fortune richesse s’en va : la lecture, les paysages, les amitiés, la famille. Toutes ces choses que l’homme délaisse en oubliant leurs valeurs.

Avec un peu de temps et d’argent, tout est possible. Il n’est plus question de limite. L’homme s’est engouffré dans une spirale de surconsommation dont il n’est plus capable de sortir. Il est toujours à la recherche d’une nouvelle paire de...
tracking img