L'immigration

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1652 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 29 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Femmes et migrations
I. Les principaux chiffres
Sur 191 millions de migrants internationaux recensés en 2005, on a compté 94,5 millions de  femmes,   soit   près   de   la   moitié   du   total.   Elles   représentent   aujourd’hui   la   majorité   des  immigrants pour de nombreux pays, en particulier l’Amérique du Nord, l’Europe, le Moyen Orient et l’Océanie. En 2005, elles représentaient la majorité des immigrants dans toutes les  régions du monde, sauf l’Afrique et le monde arabe. La féminisation des flux migratoires  s’est accentuée depuis le début des années 90. Alors que, pendant longtemps, la migration  féminine   s’est   effectuée   dans   le   cadre   du   regroupement   familial,   elle   est   aujourd’hui  majoritairement, comme celle des hommes, une migration de travail. Les femmes représentent aussi la grande majorité des émigrants pour de nombreux pays, en  particulier en Asie et en Amérique latine. En 2002, elles ont été deux fois plus nombreuses  que les hommes à émigrer du Sri Lanka. Entre 2000 et 2003, elles ont représenté près de 80%  de tous les émigrants indonésiens. En 2005, plus de 65% des 3 000 émigrants philippins quotidiens sont des femmes. On observe la même tendance en Amérique latine : en 2001,  70% des émigrants brésiliens et dominicains vers l’Espagne ont été des femmes. Les pays  andins envoient également des contingents de femmes beaucoup plus importants que ceux  des   hommes   vers   l’Europe.   Elles   ont   également   représenté   70%   des   migrants   latino­ américains à destination  de l’Italie.Enfin, au chapitre des migrations forcées, les femmes représentent en 2005 la moitié des 12,7  millions de réfugiés existant dans le monde.

II. Les principales destinations
Contrairement aux idées reçues, les migrations Sud­Sud (migrations régionales et à longue  distance)   sont   plus   importantes   que   les   migrations   Sud­Nord.   Ainsi,   deux   millions   de migrantes asiatiques travaillent dans des pays voisins du leur. Il en va de même des migrantes  africaines, excepté dans quelques pays comme le Cap Vert où les migrations transocénaiques  sont traditionnellement majoritaires. La plupart des migrantes d’Afrique au Sud du Sahara  (47% de l’ensemble des émigrants du sous­continent) se déplacent dans les limites de leur  région.Les migrations féminines Sud­Sud longue distance sont également très importantes. Les pays  du Golfe représentent une des principales destinations pour les émigrantes asiatiques. Depuis 

fidh

1995,  on   estime à  800 000 les femmes asiatiques  émigrant chaque année vers le Moyen  Orient. Un million d’Indonésiennes, de Philippines et de Sri­lankaises travaillent en Arabie  Saoudite.  Néanmoins, les migrations féminines Sud­Nord sont de plus en plus importantes, les femmes étant majoritairement demandées dans la quasi­totalité des métiers sociaux.

III. L’apport économique des migrantes
Pour de nombreux pays, le rapatriement des salaires féminins constitue une des principales  recettes   en   devises.   A   la   fin   des   années   90,   ils   représentent   62%   du   montant   total   des rapatriements vers le Sri Lanka. Le tiers des 6 milliards de dollars annuellement rapatriés  vers les Philippines est le fait des femmes. Si leurs envois sont souvent inférieurs à ceux des hommes, c’est que les métiers « féminins »  sont la plupart du temps moins bien rémunérés que ceux des hommes. En revanche, toutes les  sources   indiquent   qu’aussi   bien   les   migrantes   internationales   que   nationales   (femmes émigrant vers les zones urbaines essentiellement) envoient une proportion de leur salaire plus  élevée que les hommes. Les femmes originaires du Bangladesh travaillant au Moyen Orient  rapatrient ainsi en moyenne près des trois quarts de leur salaire. 56% des sommes procurées  par ces rapatriements sont investies dans les besoins quotidiens des familles ainsi que pour la  santé et l’éducation....
tracking img