L'incertitude

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1516 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
4 interventions sur l incertitude

la notion d incertitude est le contraire de la
certitude  : confiance sans limite qu’on peut donner dans nos assertions

incertitude seulement négative ou déploiement de la connaissance et de l action

Francis Kaplan : professeur émérite des Universités

Théorie de la connaissance
Il y a la philosophie et la science
Les scientifiques ou lesphilosophes la philo et la science= globe dans lequel on rentre par parrainage dans un cas comme dans l autre= examen
Ceci étant il faut constater qu’en ce qui concerne la science= énonce des propositions qui forme le corpus scientifique ils sont d accord sur la même chose ex : 2+2=4

Ca pose deux problèmes : moi philosophe comment puis je commence à énoncé qq chose si philo pensent pas comme moi commentsentiment d avoir raison ?

Scientifique comment se mettent ils d accord ?

Apparu au 17eme siecle avc Descartes philophes et scientque  faire une physique a l image des maths on part de principes évident et on tire ttes les consequences:
Il part des maths sont la sciences paradygmatique ds lequel il n y a aucune incertitude
Il veut examiner en quoi et pk ?
Spinoza a fait un traitémorigéométrico avec des demonstratione t théoremes

Le système cartésien= on se fonde sur l evidence on part de l evidence intellectuel= vérité pr arriver aux consquences donne raisonnement infaillibles sauf que FAUX par la suite de l histoire
Ex : Gallilée montre qu on peut établir une évidence par l ens des carrées et nbres entiers positif donc égaux donc l un= partie de l autre et tout= part d unedes parties
Il semble evident que tout est commensurable a l’époque grecque.

Les pbs posés par les raisonnements nous nous figurons et descartes se figurait
bachelard «  les maths ne se trompent jamais dans leur raisonnement »
le cas a compté 476 erreurs mais ont eté reconnues par leur auteur mais d autre ont été decouverte bcp plus tard

En réalité entre l incertitude on peut ne pasetre certain ou etre incertain
Ne pas etre certain : on peut dire qq chose = probabilisme
Incertain : on dit rien
Du plus probable ou moins probable on se tient au plus probable
Cette probabilité on peut pas la mesurer
Je sais bien qu en général lorsqu un scientique enonce une mesure il la donne avec l evaluation de sa probabilité 27 mesure de la lumiére1875 1958 chaque fois on indique laprobabilité (inmesurable impression subjective)
Que faire ?
Admettre elle est probable jusqu a preuve du pb
Mon probable peut etre différent du probable de l autre cf : philosophie
Que faire si different :
Science rapoprt entre ind et réalité et
Connaissances «  « les autres
L intervention d autrui= essentielle
La science n est pas comme on pense la vérificationexpérimentale c ets le dialogue qui a permit ce fait il serait facil de monterr que par ex : la demonstration par pasteur du fait que la vie ne se dev pas d elle meme = il repond c est un dialogue permanent. Fondement de la relative certitude des sciences. Aboutisse ou pas a un consensus

Francoise Balimar : Physicienne

Nie l incertitude pk ?
Sens restreint un peu minable celui delincertitude sur une mesure qui n a rien de mystérieux ex : mesure de la table je vais pouvoir determiner la longueur
La véritable incertitude physicien ne savt pas ce que c est
Raison :
Physique science mathque qui a cherché a appliquer a la nature la notion de certitude.
Le fait est qu a partir du moment le language mathque
Les enoncé scientifique = certain sinon pas pvr continuer.

Principe dincertitude : énoncé par heinzenberg en 1924 qui dit qd on fait ds le domaine microscopique une mesure si on l a repete dans les m cdtion on ne va pas forcement trouver le meme resultat 10 resultats plus ou moins probable.
Cette caractéristique de l infinemment petit a été caractérisée par Heinzenberg : indétermination
Or si on a traduit ca par incertitude c est parce qu il etait trop confortable...
tracking img