L'insécurité de r. castel

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3375 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CONFERENCE DE METHODE
FICHE DE LECTURE

Robert Castel : L’insécurité sociale

Biographie : Robert Castel reçoit à la base une formation de philosophe, matière dans laquelle il acquit l'agrégation en 1959. En 1980, il devient docteur en lettres et sciences humaines. Jusqu'en 1990, il enseigne dans le milieu secondaire, puis à l'université avant de devenir directeur d'études à l’EHESS (Ecoledes Hautes Etudes en Sciences Sociales) et directeur du Centre d'Etudes des Mouvements Sociaux en 1995. Parmi ses plus grands ouvrages, on trouve Métamorphoses de la question sociale(1995), Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi (2000), et enfin son dernier ouvrage L’insécurité sociale publié en 2003.

Introduction

Il existe deux types de protection. Les protections civiles,qui veillent à la sécurité des biens et des personnes, et les protections sociales, qui doivent protéger l’individu face à la dégradation de son statut social. Nous vivons aujourd'hui dans l'une des sociétés les plus sûres. La sécurité sociale est devenue un droit dont bénéficie l'immense majorité de la population.
Cependant, partout, les préoccupations sécuritaires restent omniprésentes et lesentiment d'insécurité persiste.
« Qu'est-ce qu'être protégé » aujourd'hui, telle sera la problématique de l'auteur, qui tentera d'y répondre en montrant que nos sociétés sont construites sur un terreau inégalitaire dans lequel les individus sont incapables d'assurer seuls leur protection.

1°Chapitre

L’homme à l'état naturel est sauvage et vit dans une société caractérisée par l'absence totalede sécurité. Pour répondre à un besoin de sécurité, il doit se réunir en groupe, en collectif. Ces regroupements sont l'une des premières formes de vie en société. L'homme ressent donc naturellement un besoin de sécurité et le sentiment d'être sécurisé est indispensable pour le développement de la société. Cependant, cette sécurité a un coût et l'égalité, gage de sécurité, se fait aux dépens dela liberté.
Un organe supérieur aux individus est nécessaire pour appliquer cette sécurité, c'est la nécessité d'un État, qui peut, si besoin est, user de la violence de façon légitime pour faire respecter l'ordre et la sécurité (définition de l'état de Max Weber).
L'individu protégé par l'État devient indépendant. Cette indépendance va se traduire par la progression de son autonomie personnelleet surtout de ses conditions de travail, qui sont un gage de sécurité face aux aléas du quotidien.L’Etat se doit donc de faire régner l'ordre en protégeant les individus, ce qui sous-entend également la protection de leurs biens, de ce qu'ils possèdent, de leur propriété. L'État doit promouvoir deux types de sécurité : d'une part, la sécurité civile ou protection des personnes et de leurs droits,et d'autre part, la sécurité sociale ou l'assurance de la propriété gage de revenus permettant aux individus de se protéger face aux aléas du quotidien.
Cependant, entre liberté et sécurité il faut faire un choix : la sécurité absolue n'est possible que dans un état sans liberté individuelle : c'est-à-dire un état totalitaire. L'État de droit assure la sécurité mais est limité dans son action parla liberté des individus définie par le droit et contrôlée par la justice. Donc, dans un état de droit, l’insécurité existera toujours. Qui plus est, le gage d'indépendance proféré par l'État dans nos sociétés modernes va se traduire par une hausse de l'individualisme, qui entraîne une baisse du lien social, qui était à la base une forme de sécurité de proximité. L'État se retrouve donc seul pourassurer la sécurité.
Aujourd'hui, les individus réclament de plus en plus de sécurité au point qu'on parle d'un délire sécuritaire. Mais ils veulent également de plus en plus de liberté, or pour appliquer la sécurité l’État doit empiéter sur les libertés individuelles. Il y a donc un problème, car les individus se sentent menacés par la baisse de leur liberté sans pour autant éprouver plus de...