L'instant fatal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (703 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Joachim DU BELLAY

LES REGRETS (1558)
« Maintenant je pardonne à la douce fureur »

Introduction :
En 1558, l’humanisme est mis en avant par les auteurs de la pléiade.
Dans les REGRETS «maintenant je pardonne à la douce fureur » Jean du Bellay à écrit son œuvre sous forme de sonnet, il s’agit d’un poème autobiographique dans lequel du Bellay nous parle des erreurs de son passé et saguérisons face à celle- ci.
Problématique : comment l’auteur met t-il en avant ces erreurs ?
Tout d’abord nous allons étudié la construction du poème puis sa progression temporelle.

I. Laconstruction du poème.

1) une forme orthodoxe.
Sonnet parfaitement classique.
Comporte deux quatrains : composée 2 phrase terminée par un point, puis 2 tercet.
On remarque une progression temporelledont les 2 premières strophes sont sur l’opposition passé/ présent et sur l’opposition passé/ futur.

1) une construction binaire.
La construction strophique et métrique renforce le caractère binairedu poème.
Fondée sur une succession de parallélisme (v.11-13), d’opposition et d’anaphore : « maintenant » à l’ouverture des 2 quatrains ou de « si » à l’attaque des 2 tercets, repris en anaphoresecondaire (v.11).
Rime riche et suffisante, alternant masculin et féminin= renforce les oppositions qui traversent le poème.
Les mots à la rime dans les quatrains sont dysphorique alors que dans lestercets ils sont mélioratifs et positif.

II. La progression temporelle.

1) les erreurs de la jeunesse de l’auteur.
L’auteur regrette son passé, comme nous l’avons déjà vu dans la constructionbinaire du poème les mots à la rime dans les quatrains sont dysphoriques, effectivement l’auteur s’exprime sur un ton plaintif, il est désespéré et regrette d’avoir cru en la poésie.
Douce fureur estun oxymore qui évoque l’inspiration poétique et une passion destructive.
Douce atténue ce terme : le poète ne maudit plus il regrette comme Pétrarque il semble regretter d’avoir cru en la poésie....
tracking img