L'institualisation du pouvoir politique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 24 (5864 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Science politique

Du pouvoir en général au pouvoir politique
Emmanuel FARGES, professeur agrégé de sciences sociales au lycée René-Cassin d’Arpajon

La création de l’option SES en première ES et l’adoption d’un programme spécifique de science politique obligent les collègues en charge de cette option à mettre à jour leurs connaissances dans une discipline qu’ils n’ont, pour la plupart, pasapprofondie lors de leur formation initiale. Les instructions officielles soulignent que l’option s’articule autour des thèmes du pouvoir, de la démocratie et de la citoyenneté dans leurs interactions avec la vie économique et sociale. La contribution proposée ici s’intéresse au concept de pouvoir en tant qu’objet de sociologie politique. Même si le programme indique clairement que l’objectif n’estpas de faire une théorie du pouvoir, il apparaît pertinent de donner certains éclairages théoriques sur la nature du pouvoir en général et du pouvoir politique en particulier. Ainsi, les enseignants de SES, non spécialistes en science politique, pourront trouver dans cet article des éléments utiles à leur réflexion et leur facilitant la transposition didactique du savoir savant au savoir enseigné.L

e mot pouvoir souffre d’une extraordinaire polysémie due à son emploi courant dans les contextes les plus variés. Terme essentiel dans le vocabulaire des sciences sociales, il est utilisé dans des problématiques particulières et à des niveaux différents. Ainsi, le juriste peut l’employer pour désigner l’une des fonctions de l’État (pouvoir législatif, exécutif, judiciaire) ou l’économistepour désigner une firme qui s’affranchit des contraintes de la concurrence pure et parfaite (elle dispose d’un certain « pouvoir de marché » quand elle est price maker). De même, les lieux de l’exercice du pouvoir frappent par leur diversité : État, famille, entreprise, association, Église… Les ins-

titutions et les organisations sont fréquemment analysées sous l’angle des phénomènes depouvoir. Pourtant, pour le sociologue, les significations sont inégalement pertinentes. Il convient, dès lors, de préciser les critères permettant de délimiter le concept et de construire un objet susceptible de rendre compte de la complexité du pouvoir. Notre première partie sera axée sur ce travail de clarification où nous verrons que la dimension relationnelle et interactionniste constitue le traitsaillant d’une approche sociologique du pouvoir. Dans une seconde partie, on tentera de mettre en évidence les liens entre pouvoir et structure sociale. Se construisant dans l’interaction ponctuelle et localisée, le pouvoir implique

la mobilisation de ressources et la référence à des conditionnements issus de la société globale. Le recours à la notion de domination permet de penser l’articulationentre les niveaux microsociologique et macrosociologique. Enfin, on s’interrogera, plus brièvement, sur l’importance et la spécificité du pouvoir politique.

LE POUVOIR COMME OBJET SOCIOLOGIQUE
Dans son acception la plus générale, le pouvoir désigne la faculté d’agir propre à l’être humain: ainsi on parle du pouvoir sur la nature comme du pouvoir sur les hommes. La notion de pouvoir sert le plussouvent ici à
DEES 107 / MARS 1997

. 45

désigner la capacité d’un acteur donné à entreprendre des actions efficaces. Les définitions génériques du pouvoir, généralement produites par des philosophes, ont été largement construites sur ce modèle. C’est ainsi que B. Russell (1985 [1938], p. 25) proposait de caractériser le pouvoir par « la production d’effets recherchés » (intended effects).Selon cette conception, le trait distinctif du pouvoir résiderait dans la correspondance entre les résultats obtenus et les désirs de l’agent. Une autre définition (Hobbes, 1651) mettait l’accent sur la disposition de moyens appropriés, sans référence explicite aux intentions de l’acteur. Pour Hobbes, «le pouvoir d’un homme consiste dans les moyens présents d’obtenir quelque bien apparent futur...
tracking img