L'invitation au voyage

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1529 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
|

L'invitation au voyage

1 Mon enfant, ma sœur,
2 Songe à la douceur
3D'aller là-bas vivre ensemble!
4Aimer à loisir,
5Aimer et mourir
6Au pays qui te ressemble!
7Les soleils mouillés
8De ces ciels brouillés
9Pour mon esprit ont les charmes
10Si mystérieux
11De tes traîtres yeux,
12Brillant à travers leurs larmes.

13Là, tout n'est qu'ordre et beauté,14Luxe, calme et volupté.

15Des meubles luisants,
16Polis par les ans,
17Décoreraient notre chambre;
18Les plus rares fleurs
19Mêlant leurs odeurs
20Aux vagues senteurs de l'ambre,
21Les riches plafonds,
22Les miroirs profonds,
23La splendeur orientale,
24Tout y parlerait
25À l'âme en secret
26Sa douce langue natale.

27Là, tout n'est qu'ordre etbeauté,
28Luxe, calme et volupté.

29Vois sur ces canaux
30Dormir ces vaisseaux
31Dont l'humeur est vagabonde;
32C'est pour assouvir
33Ton moindre désir
34Qu'ils viennent du bout du monde.
35— Les soleils couchants
36Revêtent les champs,
38Les canaux, la ville entière,
39D'hyacinthe et d'or;
40Le monde s'endort
41Dans une chaude lumière.

42Là, tout n'estqu'ordre et beauté,
43Luxe, calme et volupté.
— Charles Baudelaire

hk

L’Invitation au Voyage écrit en 1848 par Charles Baudelaire, appartient à la première section intitulée “Spleen et l’Idéale” du recueil “les Fleurs du Mal”. Ce poème fait partie du cycle de Marie Daubrun, l’un des trois femmes importantes dans la vie de Baudelaire. Donc, elle incarnait à la fois pour Baudelaire la doubletendresse, celle d’une amante (qu’il sentait auprès de Jeanne Duval) et celle d’une sœur (inspirée de l’amour platonique ou spirituelle de Mme Sabatier). Comme Baudelaire l’annonce au départ, il s’adresse à Mme Daubrun en l’appelant « ma sœur ». C’est une figure de style « l’Apostrophe », qui met en relief la personne à qui le poème est adressé.

Dans ce poème, il s’agit d’une rêverie d’unvoyage dans un pays orientale(le voyage signifie pour Baudelaire un moyen d’échapper aux douleurs de la vie).

Dans la première strophe, le poète invite son amant à la rêverie d’une terre lointaine pleine de charmes, de beauté et dont la tendresse ressemble à celle de sa femme aimée. Le verbe « songe » (vers 2) convie le lecteur et sa femme aimée, en principe, à rêver d’un ailleurs imprécis, maisidéale et mystérieux, indiqué par « là-bas » (vers 3). Partir en ailleurs à l’aide d’une femme est l’un des thèmes récurrents dans les poèmes de Baudelaire. Voilà pourquoi, Baudelaire a fait ici une correspondance entre la femme et le paysage. Il compare le pays inconnu et mystérieux, donc attirant et séduisant avec le mystère des yeux de son bien-aimé. Les yeux de Mme Daubrun, connue comme « unefemme aux yeux verts » ont inspiré « L’Invitation au Voyage ». Baudelaire relève ici, l’idée que les femmes sont mystérieuses, qui sont difficiles à comprendre et à satisfaire. Cela renvoie aussi à la vie amoureuse de Baudelaire, faite de déceptions, exprimé par « tes traîtres yeux » (vers 11).

Dans la deuxième strophe, le poète décrit l’intérieur d’une chambre meublée, confortable etsomptueuse, ornée des éléments exotiques qui font rêver les européens. Ici, le poète a fait une énumération de ces éléments exotiques comme- « rares fleurs », « senteurs de lambre », « riches plafonds », « miroirs profonds », résumaient par l’expression «  la splendeur orientale ». (Vers 23).Tout cela fait revenir à la mémoire du poète, la sensation d’une vie antérieure et idéale. L’existence d’un rapportentre le mot « natale » (vers 26) et le mot « orientale » (vers 23) : les deux sont non seulement associés par la rime, mais aussi par le sens. Cela fait référence à la notion d’exotisme, d’après laquelle l’Orient est idéalisé parce qu’il ressemblait aux ancêtres des européens, étant dans leur état naturel.

La deuxième et la troisième strophe s’oppose parce que dans la première, le poète...
tracking img