L'irlande et les irlandais dans le monde britannique 1815-1931

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 30 (7431 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 juin 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
« L’Irlande et les Irlandais

dans le monde britannique

(1815-1931) »



« L’Irlande et les Irlandais dans le monde britannique (1815-1931) » : le choix de la formulation du sujet pose ostensiblement l’enjeu du cas à part que sont l’Irlande et les Irlandais au sein de ce monde britannique. Ils apparaissent ici, d’emblée, comme une particularité insoluble dans ce monde britannique.« Insoluble » car, tel un problème, on ne peut le résoudre et, tel un élément constitutif, on ne peut le dissoudre. L’historiographie traite l’Irlande et les Irlandais comme un « cas singulier » (Laurent Colantonio) : les historiens parlent alors de la « question d’Irlande » (Jean Guiffan), et les médias jusqu’à aujourd’hui font référence au « problème irlandais ».



L’Irlande en 1815 est en effet unterritoire à part, réuni à la Grande-Bretagne par l’Acte d’Union de 1801 : elle est alors associée et intégrée à la Grande-Bretagne, cœur de ce monde britannique. Tout en étant clairement dissociée par l’intitulé même de l’Acte d’Union qui mentionne désormais le « Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande », l’Irlande apparaît comme l’alter ego de la Grande-Bretagne, comme un partenaire, placésur un pied d’égalité au centre d’un monde britannique qui n’est alors qu’un archipel. Une question simple se pose donc : un texte constitutionnel comme l’Acte d’Union est-il la traduction d’une évolution qui aurait transformé voire effacé le statut d’Irlande comme colonie britannique, statut qu’elle détenait jusqu’alors ? L’Irlande est-elle encore une colonie britannique sur la période qui nousintéresse ?

Une partie de la réponse tient certainement dans la date qui marque la fin de la période : en 1931, l’Irlande est scindée en deux, partitionnée entre l’Eire (République d’Irlande indépendante) et l’Ulster (territoire britannique régi par le Home Rule). Cette partition, dont on retient surtout l’indépendance, intervient après de nombreuses luttes nationalistes, autonomistes etséparatistes, qui ont jalonné le XIXème siècle et débouché en 1919 sur une guerre d’indépendance et en 1921 sur une guerre civile. Bien que la chronologie propre à l’Irlande soit légèrement décalée en amont dans le temps, on perçoit tout de suite que ce long XIXème siècle qu’il nous est proposé d’étudier a été déterminant dans les rapports de force entre l’Irlande et la Grande-Bretagne. Il est alorsessentiel, mais complexe, de comprendre quelle fut la place de l’Irlande au sein de ce monde britannique en cours d’élaboration.

Les Irlandais ne peuvent être oubliés car ils sont pour une grande part les acteurs de cette transition décrite succinctement plus haut. Sur la période, ils peuvent faire l’objet d’une typologie simpliste qui sera affinée au fil du devoir : environ 20 % sont desprotestants issus de la colonisation, appartenant le plus souvent aux milieux les plus aisés de la grande propriété foncière, de l’industrie, des professions libérales, des commerçants et vivant principalement dans le nord-est de l’Irlande, en Ulster et dans le Leinster autour de Dublin ; 80 % sont des catholiques, souvent plus pauvres, issus de milieux ruraux, fermiers ou ouvriers agricoles, peuplantl’ensemble de l’île, et notamment le Connaught à l’Ouest et le Munster au Sud. Parmi ces Irlandais, nombreux sont ceux qui prennent parti : pour ou contre l’Acte d’Union, nationalistes ou unionistes. Parmi les nationalistes, il y a les autonomistes et les séparatistes. Cette catégorisation peut-elle se superposer à la première : les protestants seraient alors unionistes et les catholiquesnationalistes ? Cette grille de lecture, si elle n’est pas fausse, est parfois à nuancer. Comment ces hommes se ressentent-ils : Irlandais ou Britanniques, ou Irlandais et Britanniques, ou Britanniques tout court ?

Dernier fait marquant, et essentiel pour le monde britannique, les Irlandais sont ceux qui peuplent la terre d’Irlande, descendants du peuple gaélique ou des colons anglicans, mais ce sont...
tracking img