L'islam a-t-il besoin de la démocratie? résumé

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (921 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Dans son texte «L’islam a-t-il besoin de la démocratie?» Noomane Raboudi défait la conception que tous les musulmans sont unanimes aux niveaux de leurs opinions politiques ou islamiques. Il tente dedécoder les notions politiques islamiques qui affectent les musulmans en Occident. Entre autre celle qui pose le plus grand problème qui est la politique islamiste à l’égard de la démocratie. L’auteurdémontre comment les islamistes fondamentalistes ont conçu l’intégration de la démocratie ou dans un deuxième lieu, ont rejeté cette idée. Ensuite, il rappelle les notions fondatrices de la politiqueislamiste contemporaine et arabo-musulman. Finalement, prouve qu’à l’intérieur de ses théories politiques, l’islam est véritablement compatible avec la démocratie.
D’abord, l’auteur soulignel’ambivalence dans les opinions (discours) islamistes à l’égard de l’adaptation de la démocratie occidentale, et les croyances qui viennent avec celle-ci. Soit ils contestent que l’islam possède depuis déjàquatorze siècles un système démocratique, et ce bien avant l’élaboration du système démocratique occidentale. Où au contraire, les islamistes fondamentalistes cherchent à se réapproprier une démocratieidéale et le modèle selon les fondements de l’islam originel. D’où l’importance de noter que l’islam n’a pas besoin de la démocratie occidental puisqu’elle conforme les concepts sociaux et économiquede la démocratie occidentale à la tradition et pensée islamique originel sunnite.
De plus, l’auteur explique les différences que comportent une société politique et une société religieuse. Dans unesociété politique, la population adhère selon leur rationalité, c'est-à-dire le consentement préétablit entre les membres d’une société à obéir. Mais dans une société religieuse c’est à traversl’acceptation de sa foi qu’une puissance divine peut légitimement posséder un pouvoir absolu. Que ses ordres soit juste ou injuste, le politique s’occupe strictement à communiquer la logique religieuse...