L'oeuvre et l'auteur

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3860 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Il est impératif de remobiliser les distinctions entre auteur/narrateur/personnage
La qst° renvoie à celle des points de vue et donc à tout ce qu’on sait sur les qst° de la focalisation recoupant des stratégies différentes.
Une qst° qui ne se pose pas au théâtre où les psges articulent par rapport à leur partenaire le point de vue, considérer que les voix de l’auteur réparties entre lespersonnages, c du conflit de ces voix que nait le texte. N’interdit pas un point de vue particulier. Sartre accorde à Hoederer ses suffrages.
Le psge porte parole de l’Auteur est rendu sympathique de 36 manières :
* Le sacrifier = lui donner un destin qui le distingue des autres psges)
* Afficher des propos soutenus par un syst de valeurs faisant la majorité.
* Comparer propos d’Olga etLouis d’un côté, Hoederer de l’autre.
Avantage du théâtre : manifester d’une manière particulièrement visible le conflit de voix/droits.
Ds chacun des textes la qst° des points de vue pê soulevée. Un sujet qui amènerait à réopérer ces distinctions A/N/P.

Affleurement possibles de l’écriture possible du moi ds les O du prog :
Qst° des formes de l’intrusion de l’A ds le texte : extrêmementnombreuses, directes et indirectes. Pas d’exp ds notre prog aussi évidentes que celle de Stendhal qui dialogue av le lecteur ou s’interroger sur son psge. Diderot aussi.
* L’ironie chez Flaubert :
Pbtq posée par défaut puisque le dogme de l’absence de A ds son œuvre érigée en dogme par Flaubert. Pas intervention de l’auteur aussi absent que Dieu ds sa création. Dogme de l’impassibilité. Ms effetsinnombrables de l’ironie, formes d’intervention qui peuvent se déduire de l’indirect libre, celle au cours desquelles Flaubert livre une vision désabusée et noire du monde : éternelle misère de tt éprouvé par Rosanette et Fred à Fontainebleau. Des moments où l’h le plus sensible est capable d’oublier tt le monde pr son désir. Penser à ts les effets d’ironie pas tjr immédiatement perceptibles, passeulement à trouver ds des formules sur le compte des psges, peut venir du heurt des visions du monde à l’intérieur d’un ensemble, points de vue des psges simplement juxtaposées et au lecteur de les interpréter. Sac des Tuileries. Fred et Deslauriers. Ironie à percevoir ds cet espèce de jeux des extrêmes, pas un jugement objectif, ms expression d’un désir, une idéologie prenant ses droits face àl’évènement historique.
* Absence visible de l’auteur ds PdC :
A part « ces pers de la cour que je vais mnt énumérer ».
Tte une série de sentences, maximes qui suggèrent que le narrateur qui se dissimule parle d’un lieu connu de lieu. Pessimisme influencé par le jansénisme.
* DB et R : le « je » parle :
cf. topo disponible sur le site.

Le style :
* Tte œuvre vraiment écrite &appropriée par un auteur contient de véritables gestes, tics, des rythmes qui signalent la présence d’un sujet vivant av son corps qui s’inscrit ds le texte.
* La phrase de Proust à la quelle se sont attachés bcp d’exégètes. Rythme d’un asthmatique. Parler jusqu’au moment où la phrase mourait sur ses lèvres, pris d’une véritable quinte.
* Dft° nombreuses dt Fl a donné l’une des meilleures « manièreabsolue de voir les choses ».
* Pas un après-coup à l’idée, mais une façon absolument cohérente unifiée de saisir un être au monde. Chez Flaubert. Belle analyse de Proust. Le fait qu’av F tt ce qui était action devient impression, indique bien que l’être au monde flaubertien est un être contemplatif, monde est un spectacle dans lequel il est dérisoire de vouloir intervenir. St-Antoine quivoit le monde venir à lui ds son désert.
La contemplation et l’impression du monde sur l’être, vraiment la façon d’être au monde de F, se perdent et s’abiment (les psges) d’où la grande importance aux descriptions et le réalisme subjectif.
* La manière s’être entrainant la manière d’écrire, les styles d’époque (cf. corrigé Valéry). Aux époques de très grande formalisation de l’œuvre...
tracking img