L'oeuvre d'art

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1167 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Nous commencerons par dégager les traits caractéristiques d’une oeuvre d’art qui la rende différente à un simple objet quelconque. En même temps, « penser ainsi l’art » par différence implique nécessairement que l’on reconnaisse aussi des similitudes. Il peut y avoir des raisons de penser que l’art n’est pas différent des autres objets quelconques. Le problème sera donc de déterminer dans quellemesure de fait l’art est bien oui ou non distingué d’un simple objet quelconque et de cerner pour quelles raisons il doit l’être, ou bien ne pas être distingué des autres objets. Faut-il faire de l’art une exception particulière, ou bien faut-il le considérer comme une simple variété des productions techniques ou culturelles en général ?



Une œuvre d’art est une réalité, matérielle ou non,artificielle, c’est-à-dire qui résulte d’une production humaine. A la différence de la réalisation technique en général, elle est le plus souvent unique et dépourvue d’utilité purement pratique. Cette originalité et ce désintéressement lui donnent un prestige supérieur à celui de l’objet technique « banal », prestige qui s’étend à son créateur, l’artiste.

Considérons par exemple le point devue économique lié à la production technique. Nous ne pouvons pas nier qu’il y ait un « marché » de l’art, que l’art soit l’objet d’investissements coûteux, de transactions. Prenons l’exemple d’un masque africain qui rempli une fonction politique et religieuse en Afrique et c’est l’Occident qui fait le commerce de ces objets. Beaucoup de personnes dépensent des sommes astronomiques pour une simpletoile qui parfois, selon d’autres, ne ressemble pas à grand-chose. L’oeuvre d’art se vend donc au même titre que n’importe quel objet technique, comme on achète un ordinateur ou une télévision. L’art entre donc dans le champ de la consommation ouvert par la production industrielle. Il est vrai que l’art contemporain a insisté pour supprimer toute frontière entre les objets techniques et lesoeuvres d’art. Une poubelle dans la rue n’est pas de l’art, mais dans un musée elle le devient. Comme l’esthétique contemporaine est devenue elle-même insaisissable, on finit alors par se demander si ce n’est finalement pas la mode qui fait l’art, tel artiste étant à la mode, tel autre non. Dans ces conditions, l’art serait dans la catégorie des objets techniques, disons un objet de « luxe » dans ledomaine des objets utilitaires et des « gadgets », mais de toute façon un objet parmi d’autres. En effet, la technique et ses productions ne renoncent pas à toute valeur esthétique. L’objet en lui-même est certes conçu pour sa valeur utilitaire, mais en même temps, il existe une « esthétique industrielle », une esthétique devenue la norme des jugements de goût les plus courants. On assiste alors à uncomplet renversement : l’art n’est pas vraiment créateur comme on le croit, il est le reflet des modes d’une époque, mode qui alimente la consommation, si bien qu’au fond l’évolution de la technique fait souvent la promotion de l’art. Sommes-nous capables aujourd’hui de différencier clairement une œuvre d’art et un simple objet ? Pour la plupart des gens, les genres se confondent allègrement. Onnous a appris à considérer n’importe quoi comme de l’art au nom de « l’art global », l’idée de vouloir distinguer l’art à de simples objets quelconques peut sembler tout à fait saugrenue au jugement de la modernité de l’art. Une voiture sera peut-être jugée très « chic », très « mode », « laide » ou « géniale », et c’est exactement dans les mêmes termes que l’on jugera un objet d’art. L’art faitpartie des « divertissements de la consommation », un divertissement réservé surtout aux riches, mais que l’on voudrait démocratiser pour en faire un luxe pour tous. Une simple personne vivant dans la classe sociale moyenne peut elle se permettre d’avoir un «César » chez elle ? Eh bien non ! L’art est devenu un objet de consommation ! A ce titre, on ne parlera même plus « d’oeuvre d’art », mais...
tracking img