L'opinion en philosophie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3033 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 octobre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
L’opinion a-t-elle nécessairement tort ?

Introduction.
Pour la tradition philosophique notamment héritée de Platon, l’opinion est un jugement non fondé, qui avance sans preuve, qui a toujours tort. Le terme a donc ici un sens péjoratif. Pourtant on interroge l’opinion, on la sonde, on la mesure, lui reconnaissant, semble-t-il une valeur. La démocratie accorde à l’opinion publique le pouvoirde trancher, de décider. Platon lui-même reconnaît dans le Ménon une valeur pratique à l’opinion droite. Alors, est-on toujours dans son tort lorsqu’on énonce une opinion ou, au contraire, peut-il y avoir des domaines, des conditions où l’opinion aurait raison et, si oui, lesquels ? Ce qui est ici en jeu est à la fois le statut de la philosophie (qui s’est traditionnellement posée contre l’opinion)et le fondement de notre régime politique (car si l’opinion a toujours tort, la démocratie a-t-elle encore un sens ?). De prime abord, il semble bien que l’opinion ait tort, au sens où elle ne se justifie jamais pleinement. Pourtant, ne peut-on lui reconnaître un sens, d’abord au plan de la vérité, ensuite au plan pratique et politique ?

I L’opinion semble avoir toujours tort.
Avoir raison,ce n’est pas seulement dire la vérité, pas plus qu’avoir tort n’est nécessairement énoncer une erreur. Avoir raison c’est être fondé dans ce qu’on dit ou dans ce qu’on fait. Or, on peut très bien dire la vérité sans être capable de se justifier et donc sans que nos paroles soient fondées. C’est tout le problème de l’opinion.
1) L’opinion ne se justifie jamais elle-même.
L’opinion se définit,avons-nous dit, comme un jugement qui affirme de façon immédiate sans preuve, sans démonstration. Certes l’opinion utilise des procédés d’argumentation, mais nous allons voir qu’ils ne constituent jamais des preuves.
D’abord l’opinion s’appuie sur ce qu’elle voit. « Je ne crois que ce que je vois », dit l’homme de l’opinion. Mais la vision suffit-elle à justifier un jugement ? Nos sens peuvent noustromper et la vision ne fait pas exception. Il y a l’exemple des illusions d’optique : je vois ce bâton, qui est à demi immergé dans l’eau, brisé alors qu’il est parfaitement droit. De même je vois la terre immobile et le soleil se déplacer autour d’elle alors que la science nous montre que c’est notre planète qui tourne autour du soleil.
Ensuite l’opinion s’appuie sur ce qu’elle entend. C’est laconnaissance par ouïe dire. Mais les rumeurs ont-elles raison ? Outre que les croyances les plus anciennes sont rarement les plus vraies (la vérité se conquiert, il y a une histoire des sciences), la rumeur déforme ce qui pouvait être initialement vrai.
De plus, l’opinion s’appuie sur des exemples. Mais l’exemple n’est qu’un cas particulier qui ne justifie jamais la généralité d’une proposition.Ce n’est pas parce qu’une proposition est vraie dans un cas qu’elle est valable pour tous les cas.
Enfin, l’opinion s’appuie parfois sur les philosophes, reconnaissant le principe d’autorité. C’est Bouvard et Pécuchet, mis en scène par Flaubert, s’affrontant sur le thème de l’origine des idées et invoquant Condillac et Descartes. Mais le principe d’autorité n’a aucune valeur. Le plus illustrephilosophe a pu se tromper. Répéter ce qu’on a lu n’a de sens que si on l’a compris mais alors on n’est plus dans l’opinion : on est philosophe.
Ainsi, aucun des procédés d’argumentation de l’opinion ne suffit à lui donner raison. Tout au plus parvient-elle à une certaine probabilité, jamais à la certitude. Descartes préconisait de prendre le probable pour faux afin de se garder de l’erreur.L’opinion est un lieu d’errance. Elle argumente parfois mais ne démontre jamais. Cela l’entraîne d’ailleurs à se tourner en son contraire. Elle est un lieu de contradictions. Les opinions se contredisent entre elles. Bien loin de leur donner raison, ne faut-il pas alors les condamner sans appel ?
2) Il faut condamner l’opinion.
Cette condamnation est préconisée par Bachelard. « La science (…)...
tracking img