L'organisation du travail est-elle toujours tayloriste

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2748 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet: L’organisation du travail de nos jours dans les entreprises est-elle toujours tayloriste?

Quel contraste entre la manufacture d’épingles décrite dans la “Richesse des nations” d’Adam Smith et le carreau de la mine dans le Roman “Germinal” d’Emile Zola! Entre les deux situations, que de différences : discipline, rigueur, application et entraide dans un cas, agitation, hostilité et hainedans l’autre. Là s’arrêtent pourtant les dissemblances, en effet, ces deux images prises à 100 ans d’intervalle sont issues du même film: l’homme dans son cadre de travail. Même cause et pourtant effets différents, cette nécessité économique et sociale, travailler, semble être l’occasion pour les hommes de nouer des liens particuliers et hétérogènes.
Taylor (1841-1925), ouvrier devenu ingénieurretrouve ne quelque sorte les préoccupations d’Adam Smith sur la division du travail. Passionné par la vie de l’entreprise, dans laquelle il a occupé tous les postes du processus de production, il mène un travail de réflexion solitaire qui aboutit en 1911 à des principes fixant l’organisation scientifique du travail (OST). Celle-ci repose sur trois grands principes: la division verticale du travail- séparation des tâches de conception et d’exécution-, la division horizontale du travail -qui divise la réalisation d’un produit en tâches élémentaires-, une vision particulière de l’homme simplement motivé par le gain. Popularisée par Henry Ford, grand constructeur automobile américain du début de ce siècle, étendue à l’ensemble de la planète après la seconde guerre mondiale, l’OST a marquéenotre siècle. Ceci est d’autant plus vrai qu’une partie de l’opinion publique, mais aussi des personnages célèbres comme Charlie Chaplin dans son film “les temps modernes” ou plus récemment d’éminents scientifiques -comme par exemple le sociologue français Georges Friedmann, auteur du livre “le travail en miettes”, ont vivement condamné cette atteinte à la dignité humaine; rien de moins!
Le vocable“taylorisme” et son frère jumeau “Fordisme” ont disparu du langage des hommes d’affaires, les revues spécialisées comme “Management” noircissent des pages entières sur la gestion des ressources humaines. Bref Taylor et Ford ont semble-t-il rejoint à tout jamais les livres d’histoires. Rien n’est moins sûr. un observateur avisé pourrait avancer que de nombreux syndicats évoquent encore lescadences infernales et que les reportages télévisés nous renvoient une image pas si éloigné des “temps modernes”. Un bilan s’impose donc. Aujourd’hui à l’aube du troisième millénaire qu’en est-il de l’organisation du travail dans les entreprises? Les méthodes de travail dans les usines sont-elles semblables à celles pratiquées par nos grands pères, ou ont-elles considérablement évolué? S’il paraîtlogique de prendre comme point de départ l’organisation taylorienne, qui nous l’avons vu est une étape déterminante, il nous faudra aussi nous interroger sur le fait que les dysfonctionnements de l’OST dès le début des années 1970 ont pu engendrer une révolution organisationnelle.
Notre démonstration démarrera par un postulat: l’organisation actuelle du travail tend à dépasser l’OST -première partie-,ceci sera nuancé dans l’étape suivante car les caractéristiques principales du taylorisme demeurent -deuxième partie-, nous mettrons terme à notre réflexion dans une troisième partie en prouvant que l’examen du monde productif révèle une coexistence entre méthodes anciennes et modernes.

L’organisation du travail n’est pas figée, l’économiste autrichien Schumpeter (1883-1950) la considérait mêmecomme l’une des innovations qui constituent: “l’impulsion fondamentale qui met en oeuvre et maintient en mouvement la machine capitaliste”. Il ne faudrait pas s’imaginer naïvement que cette évolution va de soi. Des facteurs d’évolution peuvent être identifiés. Tout d’abord, les mouvements sociaux peuvent orienter ce mouvement, par des actions, qui peuvent prendre un caractère violent, les...
tracking img