L'orienntalisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 126 (31461 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Qu'est ce que l'orientalisme ?
Comment l'Occident a créé l'Orient

On ne parlera bien évidemment pas ici de l’orientalisme en peinture, mais de ce que l’intellectuel américano-palestinien, Edward W. Saïd (1935-2003), nomme ainsi, en désignant une grande partie de ce que l’Occident a amassé comme savoir et comme imaginaire sur les autres cultures (peinture comprise). Professeur de littératurecomparée à l’université de Columbia de 1963 à 2003, Edward Saïd est l’un des intellectuels arabes les plus célèbres et les plus écoutés. Ses livres sont traduits en plus de trente cinq langues et ses analyses font encore débat. Il a notamment écrit Culture et impérialisme (2000) et L’orientalisme. L’orient créé par l’Occident (publié en anglais en 1978 et traduit en français en1980).Incontestablement, ce dernier livre fut un grand évènement. Certains y voient l’acte inaugural de ce que l’on appelle les Postecolonial Studies. Selon Maxime Rodinson, un « orientaliste » de renom (même s’il refuse ce titre), les analyses qui y sont développée sont « justifiées » et historiquement fécondes. Elles ont suscité dans le milieu des orientalistes professionnels « quelque chose comme un traumatisme» (Rodinson, 1993, P.13), dont le résultat fut une salutaire remise en cause.
« Le mérite de Saïd est d’avoir contribué à définir mieux l’idéologie de l’orientalisme européen (en fait, surtout anglo-français) au XIXe et XXème siècle et son enracinement dans les objectifs politiques et économiques européens d’alors. L’analyse qu’il en donne est intelligente, sagace, souvent pertinente »(Rodinson, La fascination de l’islam, Paris, Ed. Agora, 1993, P.14)

Selon Daniel Rivet, ce livre publié en anglais en 1978 « coïncida avec l’exténuation du genre [de l’orientalisme] et contribua à sa mise à mort symbolique de manière retentissante » (« Culture et impérialisme en débat » in Revue d’Histoire moderne et contemporaine n° 48-4, octobre-décembre 2001.)

On peut caractériser globalementl’orientalisme comme étant un savoir et un imaginaire – légitimes et institutionnalisés – construits discursivement et patiemment pendant des siècles par «l’Occident» sur «l’Orient», savoir et imaginaire issus d’une position de puissance et qui portent les signes de l’autorité et de l’évidence comme marques de cette position et des intérêts qui s’y attachent. Comme un ensemble réglé de rêves,d’images, de connaissances spécialisées, l’orientalisme est foncièrement dichotomique. C’est une vision qui réduit tout à deux. Elle dit : «il y a Nous, il y a Eux et ils sont tellement différents de nous, avec ce supplément d’évidence qu’on prend rarement la peine de préciser : « nous sommes supérieurs à eux, (parce que) plus puissants qu’eux ». A ce Nous, centre et source de toutes les références et detoutes les valeurs, est assignée une patrie-identité hypothétique, l’Occident, et une altérité excessive dans sa différence, l’Orient,

quelque soit, par ailleurs, le lieu réel où cet autre est situé : Indien, Chinois, Persan, Arabe, Egyptien, Maghrébin, etc., sont autant de variétés de surface d’un seul et même Autre : l’Oriental. L’orientaliste traditionnel se proposait de jouer un rôle demédiateur culturel. Il s’érigeait en traducteur interprète des complexes et étranges comportements « musulmans » aux non initiés occidentaux. Que l’Orient soit une sorte de texte à déchiffrer et à interpréter pour des lecteurs non avertis est caractéristique de l’attitude philologique autoritaire de l’orientalisme. L’orientalisme n’a pas été immuable et ce n’est pas le lieu ici de retracer sonhistoire. Nous renvoyons au livre d’E. W. Saïd qui porte ce titre (1980). Cependant, les formes qu’il revêt aux XXème siècle sont largement héritières de celles du XVIIIème et XIXème siècles. A proprement parler, il ne désigne pas un ensemble de faits de savoir mais, de par le nombre des institutions qu’il engage (universités, musées, gouvernements, sociétés d’orientalistes, etc.) et de par le...
tracking img