L'union presse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1446 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
SOMMAIRE

Introduction
I) Présentation du groupe l’union

1°) Historique
2°) Organigramme
3°) Fonctionnement
II) Analyse de la structure managériale de l’union

1°) Forme d’organisation
2°) Mécanismes de coordination

III) Les problèmes de l’organisation

1°) Problèmes deformation
2°) Problèmes de communication

Conclusion

INTRODUCTION

Des quotidiens nationaux ou régionaux, aux magazines thématiques ou professionnels, en passant par les hebdomadaires et les périodiques d’opinion, la presse écrite constitue un ensemble très diversifié.
Pourtant, la pluralité (de plus en plus limitée) de ses titres ne doit pas dissimuler la maigrediversité de la presse d’opinion ; et la marchandisation de l’information qui sévit dans les magazines.
Le secteur a beaucoup souffert durant ces dernières décennies, notamment avec le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication, comme internet par exemple.
Effectivement, depuis quelques années, les entreprises du secteur de la presse écrite sont confrontées à unecrise profonde. Pour assurer leur survie, les journaux redéfinissent leur stratégie sur le marché, en tenant compte de l’arrivée de nouvelles technologies et de l’évolution de la demande des lecteurs. A cet égard, le secteur souffre encore d’être très atomisé et a du mal à intégrer toutes les mutations technologiques.
Il nous semblait donc intéressant d’essayer d’étudier plus en profondeurl’organisation et les problèmes rencontrés par une entreprise de presse au sein du bassin rémois, en l’occurrence L’UNION.
Dans un premier temps, nous verrons la naissance de cette entreprise, jusqu’à sa forme actuelle. Ensuite, il s’agira de parcourir son organisation en interne et décrire sa structure managériale et nous terminerons par soulever les difficultés rencontrées au niveau organisationnel.I) Présentation du groupe

1) Historique

Publier un journal clandestin et le diffuser sans être découvert exigent une organisation sans faille. Cette coordination est confiée à un jeune instituteur de Vénizel qui a dû fuir le département de l'Aisne parce qu'il est activement recherché par la gestapo. Cet enseignant qui appartient au réseau de la Fédération Unie des Jeunesses Patriotiques aparticipé à plusieurs opérations de récupération d'armes et de munitions au sein du groupe Gaby des Francs Tireurs Partisans (F TP). Il s'agit de Serge Labruyère dont la devise de patriote est : « s'unir, s'armer, se battre ». On ne lui demande plus de porter les armes mais de réussir à publier un journal issu de la Résistance.
Il s'installe dans une petite maison au fond d'une cour 21, rue deSousse à Reims. Pour ses voisins. Il est un modeste ouvrier ébéniste célibataire et timide qui part chaque jour au travail avec quelques outils et morceaux de bois sur le porte-bagage de son vélo. En réalité, il lui faut apprendre les règles élémentaires de L’imprimerie. Elles ne lui sont pas familières parce qu’il est plus habitué à manier la craie sur le tableau noir. A force de patience etd'études techniques accélérées, il acquiert la capacité de faire fonctionner une petite machine remarquable : la Minerve à pédale. Les qualités d'un honnête imprimeur ne suffisent pas si une équipe rédactionnelle ne vient pas se joindre à lui pour assurer le contenu du journal. A chacun sa tâche.
L'homme est aussi recherché mais il transmet les gestes impératifs du bon typo conducteur et témoigne deson professionnalisme de compositeur. L'objectif est de publier le premier numéro d'un journal clandestin dont la naissance a été décidée au cours d’une réunion, le 4 avril 1943 dans l'arrière salle du café « Le petit sapeur », proche de l'usine à gaz de Reims. Ce jour là Henri Bertin (CDLR), Charles Guggiari (Libé-Nord), «Maurice » du Front National et Raymond Guyot (SFIO) qui étaient en...
tracking img