L'e-tourisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1883 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
ARTICLE N°1 LE MONDE SEPTEMBRE 2005

C'était au début des années 1990. Autant dire il y a une éternité. Pour la première fois, on pouvait choisir son voyage en dehors d'une agence spécialisée. Les petits futés de l'époque consultaient régulièrement le Minitel et tapotaient fébrilement "3615 degriftours". Pour découvrir des offres de dernière minute, avec des rabais épatants, sur des vols versle monde entier.

Le Minitel a été détrôné par le succès d'Internet. Puis Degriftours fut racheté par lastminute.com, un des poids lourds du Web. En 2004, 10 millions d'internautes ont préparé leur séjour en surfant sur le Web, soit 45 % de plus qu'en 2003, 4 millions de personnes ayant réservé directement sur un site. Mais chercher une bonne affaire sur la Toile n'est plus la priorité."L'amateur de voyages est devenu malin. C'est un expert dans l'art de trouver la meilleure offre", assure Marc Ruff, président d'Expedia.
Ce portail, expedia.fr, auquel on accède également par d'autres sites du groupe, tels que anyway.com et hotel.com, a été créé par Expedia, l'une des premières agences de voyages au monde. En grande partie grâce à Internet, elle réalise désormais 15 milliards de dollarsde chiffre d'affaires annuel. Son expérience, aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, où les réservations sur le Web sont encore plus développées qu'en France, a permis à Expedia de remporter l'appel d'offres de la SNCF en 2001.
Voyages-sncf.com est rapidement devenu, en France, le premier site par sa fréquentation. Une domination qui agace ses concurrents qui y voient, comme Alain de Mendonça,président de Promovacances "un détournement du service public" . "Pas du tout, répond Matthias Emmerich, directeur général de l'agence en ligne de la SNCF. Nous n'avons pas voulu nous limiter à des accords commerciaux avec Expedia. Et nous avons créé une société commune dont nous détenons 50,1 % du capital."
"PACKAGE DYNAMIQUE"
Cette "vitrine de la SNCF" , qui est consultée par des dizaines demilliers d'acheteurs de billets de train chaque mois, bénéficie surtout de la technologie du "package dynamique". Sous ce néologisme se cache un moteur de recherche très performant, d'ailleurs copié par tous ses concurrents. Particulièrement utile pour ceux qui commandent un séjour en commençant par le voyage, et pas seulement en train, il permet de se composer un programme à la carte.
Comme aurestaurant, où l'on pioche dans la liste des entrées, des plats et des desserts, on peut désormais choisir sur le Web un vol, un hôtel et des activités en fonction de ses dates et de ses goûts. Les internautes ont vite plébiscité cette souplesse. Elle est particulièrement utile par la mise au point de courts séjours, les plus demandés aujourd'hui.
Proposé désormais par tous les portails deréservation, le "package dynamique" a surtout bénéficié d'une offre agressive et très concurrentielle en matière de tarifs. Facile à comprendre pour les grands opérateurs, comme Expedia, Opodo, Lastminute, qui peuvent négocier leurs prix grâce à l'importance de leurs volumes. Mais des sites moins puissants réussissent aussi à être compétitifs dans ce créneau. "Notre moteur de recherche tourne sur notre listed'hôtels pendant que le client précise sa demande de voyage, si bien que nous pouvons lui proposer des prix très compétitifs dès qu'il veut organiser son séjour" , assure Michel-Yves Labbé, président de Directours.
Paradoxalement, l'argument du prix passe maintenant au second plan chez les leaders. Ainsi lastminute.com, qui vient à son tour d'être racheté par Travelocity, l'autre grande agenceaméricaine, joue plus que jamais la carte d'un site ludique, avec des offres de spectacles, de loisirs sportifs, de restaurants... Tous dégriffés naturellement. "Cela nous permet d'élargir notre clientèle et de donner une autre dimension aux services sur Internet, explique Pierre Alzon, nouveau directeur général de Lastminute. Avec nos suggestions sympas, nous voulons égayer un média encore trop...
tracking img