L ' antiamericanisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1053 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Au cours de l'histoire s'est développé un amour-haine envers les États-Unis. Encore aujourd'hui, les Européens[réf. nécessaire] critiquent régulièrement l'« interventionnisme » américain, l'omniprésence de la langue anglaise, etc. L'Amérique latine est une autre terre traditionnelle de l'antiaméricanisme, à cause de la politique menée par les États-Unis sur cette partie du continent seloncertains[réf. nécessaire], comme la crise de la Baie des Cochons ou le coup d'État de Pinochet soutenu par la CIA. A contrario, d'autres[Qui ?] affirment que l'argument de la politique des États-Unis sert à justifier l'échec relatif des démocraties et des économies sud-américaines[réf. nécessaire]. Plus récemment, le sentiment antiaméricain s'est répandu dans le reste du monde, en particulier dans lemonde arabe.

L' Amérique fut très tôt considérée comme un continent que l'Europe pouvait coloniser. L'évêque et philosophe irlandais George Berkeley exprima en 1726 la théorie de la translatio imperii, studii et religionis, à savoir que le développement de l'humanité suivait d'est en ouest la course du soleil : l'Europe était à la pointe de la civilisation après que l'Orient et les Arabes eurentjoué ce rôle. Les Amériques constituaient le prolongement logique de cette translation.

Cependant, de retour d'un voyage aux États-Unis, Charles Dickens exprima en 1842 sa déception : il publia un carnet de voyage (American Notes) critique vis-à-vis de la société américaine, en particulier du faible attachement au terroir et du manque de savoir-vivre. Les États-Unis représentaient pour lesEuropéens la possibilité d'améliorer leur condition économique. Les Irlandais victimes de la famine, les Scandinaves, les Russes, les Burgenlandais et les Italiens émigrèrent en masse. Pour les opposants politiques, l'exil était une possibilité d'éviter l'emprisonnement : en 1848 les États-Unis connurent une vague d'immigration qui exporta d'Europe vers le Nouveau Monde le mécontentement social.

AuXXe siècle, les États-Unis devinrent un mauvais exemple socioéconomique aux yeux de la majorité syndicalistes ; le fordisme et le taylorisme naissants furent considérés comme inhumains : Bertolt Brecht critiqua le « capitalisme nu ». Dans les années 1920, les films et les compagnies américaines arrivèrent en Europe. La chanteuse noire Joséphine Baker obtint un grand succès en Europe et y devintl'un des symboles de l'Amérique, bien que le jazz fût considéré par l'élite américaine comme un-American (non américain)[réf. nécessaire]. Dans le même temps, la participation des États-Unis à la Première Guerre mondiale engendra un sentiment antiaméricain dans les puissances de la Triple-Alliance. Il se renforça durant le marasme économique de la Grande Dépression. En Allemagne, lesnationaux-socialistes accréditèrent l'idée que les États-Unis étaient dirigés par une conspiration juive.

Avec la fin de la Seconde Guerre mondiale et la défaite du nazisme, le monde connut une bipolarisation entre l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) communiste et les États-Unis capitalistes. Un antiaméricanisme d'idéologie communiste fut imposé dans les pays d'Europe centrale et de l'Est,et relayé par les partis communistes des pays alliés des États-Unis. En réaction à la menace soviétique, les dirigeants américains menèrent une politique anticommuniste qui culmina avec le maccarthysme. Le harcèlement des sympathisants communistes fut utilisé par les détracteurs des États-Unis[réf. nécessaire] comme un argument de la faiblesse de la démocratie américaine. Jean-François Revelaffirme néanmoins dans son ouvrage l'Obsession anti-américaine que

« quelque odieux qu'ait été le maccarthysme et McCarthy, pourquoi omettre de constater que c'étaient les Américains eux-mêmes, républicains en tête, qui avaient déboulonné en moins de quatre ans l'encombrant sénateur ? En outre, c'est un fait que l'espionnage soviétique permit à Moscou de gagner plusieurs années dans la...
tracking img