L an 2440

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1051 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
« L’an 2440, rêve s’il en fut jamais », Louis Sébastien MERCIER.

De « Les choses me paraissent…. » à « ….non héréditaire ou vénale. ».

Introduction

Ce texte est un extrait de l'œuvre de Louis Sébastien Mercier, né en 1740 et mort en 1814, un des auteurs les plus féconds de son temps, en particulier dans le domaine du drame réaliste. « L'an 2440, rêve s'il n'en fut jamais », fut publié en1770, et est le premier roman d'anticipation moderne. A travers cette fiction futuriste, l'auteur développe son rêve philosophique et politique : après sept siècles de sommeil, il se réveille et découvre grâce à son guide un monde de sagesse et de raison.

I.Le concret et l’abstrait

a)L’alliance

On peut souligner une alliance des termes concrets et abstraits dans l’image de l’expression« la livrée de l’orgueil » : cette expression s’oppose dans le texte à « vêtu d’une manière simple et modeste ». Louis Sébastien Mercier fait allusion à la façon luxueuse et tapageuse dont ses contemporains étaient vêtus, pour afficher les signes extérieurs de leur condition ainsi que leur satisfaction personnelle. Le choix de la livrée, habit d’un modèle particulier porté par les domestiques d’unseigneur ou d’une grande maison, montre que ces hommes en habits dorés étaient en vérité esclaves de leur orgueil et de l’image qu’ils voulaient donner d’eux-mêmes. L’expression est donc fortement satirique.

b)L’opposition

Une première liste de termes ( « avoir excellé dans son art », « mérite », « actions » et « récompense qu’elles méritent ») évoque une conduite digne d’estime, une valeurréelle, alors que la seconde liste («  habit magnifique », « riche ameublement », « admirateurs » et « protecteurs ») représente ce qui est superficiel, ostentatoire et tape à l’œil. Dans l’ancien monde qu’a connu Mercier, c’est l’apparence et le paraître qui dominaient, et dans le monde de l’utopie, guidé par la sagesse, c’est la valeur véritable qui est reconnue. Tout le décorum a perdu sonimportance.

c)Une opposition concernant une noblesse abstraite et une noblesse concrète

Le texte oppose deux noblesses : la noblesse « héréditaire ou vénale », que confère le titre, et qui n’est pas forcement signe de valeur personnelle ; à la noblesse « personnelle », qui témoigne d’une qualité morale et d’une valeur humaine : élévation des sentiments et des idées, dignité faite de mélange degénérosité, de dépouillement et d’élégance. C’est la noblesse d’âme. Dans l’ancien monde, on admirait et on enviait la condition de noble, dans ce monde d’utopie, on accorde plus de crédit à la noblesse de l’âme et au comportement méritant.

II.La satire

a)Le ridicule de ces nobles

Les nobles se livrent au culte de l’apparence et croient briller par l’étalage du luxe. Louis Sébastien Mercier parle d’ « habits dorés… rouges et jaunes ». La condamnation est sévère lorsqu’il écrit « un corps sans âme était surchargé de dorure, et l’automate ressemblait alors à un homme ». L’étalage est donc ridicule et ne correspond à rien.

b)Admirateurs et protecteurs

Les admirateurs ainsi que les protecteurs n’ont aucun rôle que celui de faire valoir, ceux qu’ils courtisent ou ceux qu’ilssoutiennent.

c)La critique de l’esprit de concurrence

Cette critique prime sur la reconnaissance du mérite. Dans ce monde de sagesse, « ceux qui courent la même carrière que [celui qui s’est déjà distingué] sont les premiers à solliciter en sa faveur », et ils interviennent pour lui auprès du Roi. C’est l’inverse qui se passe dans la réalité où les rivalités l’emportent.

d)La critique surl’éloignement de la cour et l’inaccessibilité du Roi

Louis Sébastien Mercier revendique une classe montante qui veut fonder la réussite sociale, non sur les privilèges de la noblesse, mais sur le travail et le mérite personnels. Son utopie remet en question l’éloignement de la cour et l’inaccessibilité du Roi. Elle propose un dialogue entre le peuple et la cour, par l’intermédiaire de celui qui...
tracking img