L argent porte le bonheur et le malheur

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1364 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 février 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
La littérature française du XVIe
Introduction
Elle est marquée par l’établissement de la langue française comme une grande langue littéraire et par d’importants créateurs qui fondent les principaux genres de la littérature moderne en France avec François Rabelais pour la prose narrative, Pierre de Ronsard et Joachim du Bellay pour la poésie, Michel de Montaigne pour la litterature d'idées ouRobert Garnier et Étienne Jodelle pour le théâtre. Elle s’inscrit dans un siècle de transformations multiples et fondamentales, dans tous les domaines (croyances religieuses, démarches intellectuelles, sciences et techniques, découvertes géographiques, transformations politiques…) qu'expriment les termes » et de « Temps modernes
Contexte
Le XVIe siècle est le siècle de la Renaissance, unepériode d’aspirations nouvelles dans tous les domaines, en réaction contre l’ascétisme, la mystique, les idées et les mœurs du Moyen Âge, ainsi on enseigne depuis le XIIIe siècle dans les universités européennes la rotondité de la Terre (théorie d’Ératosthène). Les voyages de Vasco de Gama, Colomb ou Magellan offrent des horizons nouveaux. Cela bouleverse les représentations du monde, ainsi que leséchanges tant culturels que commerciaux, même si la preuve de l’héliocentrisme apportée par Copernic en 1543 ne sera pratiquement pas connue avant les années 1630, et n’a eu aucune influence au XVIe siècle.
Article détaillé : Grandes découvertes.
Dans le domaine technologique, l’imprimerie à caractères métalliques, « sœur des Muses et dixième d’elles » (Du Bellay) inventée par Gutenberg, en 1453,permet l’essor du livre : celui-ci va diffuser la culture antique comme les œuvres modernes, et bouleverser les approches intellectuelles.
L'esprit de la Renaissance va naître dans l’Italie du Quattrocento : la chute de Constantinople a fait affluer manuscrits et érudits grecs, les guerres d'Italie ont fait connaître à la noblesse française un autre mode de vie où art et beauté ont la primauté. Pourles lettrés, l’Italie est la terre du savoir antique et des Muses et l’humanisme se développe durant cette période : humanitas désigne en latin la culture qui s'oppose à l’enseignement sclérosé des Universités médiévales. La méthode d’autorité, le latin d’école, la logique formelle, la prédominance des commentaires, la scolastique, tout participe à la routine de la formation intellectuelle. Uneconviction nouvelle voit le jour, s’inspirant à la fois de l’Antiquité gréco-latine et des valeurs chrétiennes : la dignité de l’homme réside dans ses capacités à cultiver la raison pour comprendre le monde et se comprendre. Par ailleurs l’érudition commence avec des linguistes, des philologues : Guillaume Fichet, Lefèvre d'Étaples, Guillaume Budé et se poursuit avec des groupes enthousiastesformés de gens de robe, de moines (Rabelais) ou d’officiers de la couronne. Du Bellay les Estienne, ou Étienne Pasquier auront à cœur de valoriser la langue « vulgaire ».
Article détaillé : Humanisme au XVIe siècle
Botticelli
Au XVIe siècle, la France se construit autour du pouvoir royal qui œuvre à unifier la langue française avec le rôle déterminant joué par François Ier. Sa protection dessavants, des écrivains et des artistes lui vaudra le titre de Père des Lettres. L’institution de la Bibliothèque Royale, la fondation en 1530 du Collège des lecteurs royaux (actuel Collège de France) permet de contrecarrer l’influence conservatrice de la Sorbonne.
Le même esprit anime l’art de la Renaissance qui s’inspire de la culture italienne. François Ier invite les artistes italiens : Léonard deVinci, Benvenuto Cellini, Le Primatice.Si les thèmes religieux restent très importants, ils laissent une place grandissante aux sujets profanes et civils : ainsi la sculpture de Jean Goujon est-elle un hymne à la gloire du corps humain. Les Clouet créent une école française du portrait. Bernard Palissy donne ses lettres de gloire à la céramique. Pour la musique, on retiendra Roland de Lassus et...