L entreprise face au risque

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 37 (9066 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
REGARDS CROISES SUR L’ENTREPRISE : « L’ENTREPRISE FACE AUX RISQUES » Lundi 12 juin 2006 Institut de la Gestion Publique et du Développement Economique Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie
Madame Nathalie Tournyol du Clos, directrice de l’IGPDE, présente la séance de « regards croisés sur l’entreprise ». Le séminaire « Regards croisés » aborde aujourd’hui la question du risque,inhérent à l’activité économique et notamment la notion de profit. Il est intéressant de noter comment la théorie mathématique et l’histoire économique se croisent autour de la notion de risque et de son évaluation. Rappelons la distinction, aujourd’hui classique, réalisée par F. Knight entre le risque probabilisable (et donc assurable) et le risque d’entreprise ou « incertitude », non assurable.Le profit apparaît alors comme rémunération du risque pris lors de l’activité économique. La mutualisation des risques sera à la base de mécanismes fondamentaux en économie, comme l’assurance. Mentionnons également le fait que certaines grandes catastrophes financières sont nées de la volonté d’éliminer le risque. Ainsi une partie de l’ampleur du krach boursier de 1987 s’explique par le recourssystématique de la technique de « portfolio insurance » par les opérateurs de marché ; il en va de même en 1998, sur le marché obligataire, lors de la généralisation des modèles de « value at risk ». Le développement des marchés financiers met les modèles mathématiques au cœur de l’analyse contemporaine du risque. Sur ce point de l’analyse théorique du risque, je renvois à l’ouvrage dePierre-Charles Pradier, le premier intervenant de l’après-midi, La notion de risque en économie. Aux risques traditionnels de l’activité entrepreneuriale, s’ajoutent dorénavant les risques liés aux nouvelles technologies, à l’internationalisation des échanges, aux nouvelles contraintes juridiques. Les Pme, comme entreprises sous-traitantes, sont souvent les derniers réceptacles du risque. Le parcours proposépar cette journée d’étude est de présenter la modélisation du risque, son appréhension et sa gestion active : M. Pradier reviendra sur un certain nombre de points fondamentaux de la théorie des risques, la gestion du risque par les pouvoirs publics sera abordée par M. Peyrot ; la cartographie ou l’évaluation globale des risques sera présentée par M. Lajtha, enfin l’intervention de M. Munierpermettra un croisement entre les approches théoriques et pratiques de la gestion du risque dans une entreprise. Pierres-Charles Pradier, maître de conférence, Université de Paris 1 : « La notion de risque dans les entreprises aujourd’hui » Je présenterai dans un premier temps une typologie des risques tels qu’ils sont vus par les économistes afin d’aborder les outils d’analyse des risques de la théorieéconomique ; je m’intéresserai ensuite aux limites de ces outils et présenterai une typologie des situations, c’est-à-dire un croisement entre outils et situations. La notion de risque est extrêmement générale : le mot est très ancien et ses significations sont nombreuses. Sa définition est très large : « danger probable lié à l’action d’un décideur ». Notons que l’action est toujours nécessaire,soit pour se soumettre au risque, soit pour s’en dégager. Il ne s’agit donc pas d’un danger abstrait. En économie, deux grandes classes de risques peuvent être identifiées. Les risques simples, aléatoires, sont des préjudices qui risquent d’arriver avec une survenue probabilisable. Leur occurrence ne dépend pas du propre comportement de l’entreprise, ni de ceux des autres intervenants sur lemarché. Le cas typique étant la défaillance technique d’une installation. A contrario d’autres risques surviennent du fait du comportement de l’acteur considéré ou d’autres acteurs. On parlera alors de risques d’interaction. Ces deux types de risques nécessitent des traitements différenciés. Il est vrai que cette typologie apparaît extrêmement limitée dans la mesure où le

classement d’un risque...
tracking img