l'opinion relative

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (474 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 octobre 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
13. Toutes les opinions sont-elles tolérables ?
Tolérer désigne étymologiquement une vertu : la capacité à endurer.
1. Au sens convenu la tolérance consiste :
-à laisser à chacun la possibilitéd' exprimer des opinions qu' on ne partage pas ;
-à ne pas défendre ses opinions par la violence ;
-à soustraire la prétention à la vérité du débat idéologique portant sur des matières politiques,éthiques, juridiques, économiques, religieuses...
2. Toutefois le jugement de connaissance n'admet pas la tolérance.
Il corrige les erreurs.
Cependant que le jugement de valeur concerne tous lesautres domaines axiologiques dominés par la relativité et l' équivalence des opinions dans les débats où... seules la force, l'autorité ou le nombre peuvent trancher et tranchent effectivement.
Au granddam des chantres de la tolérance...
***
14. L'opinion a-t-elle nécessairement tort ?
L'opinion, prise de position par le sujet allant de l'impression à la ferme affirmation, est habituellementdéfinie comme la manifestation d'une croyance non soumise à un examen critique effectif, comme le ( Kant, Logique ).
Est-il de sa nature de ne pouvoir échapper au reproche de n'être pas fondée ou de nel'être qu' insuffisamment ?
D' avoir la "raison" contre soi ?
Fait-elle injure à la vérité ?
1. Dans l'hypothèse où elle serait prétention de connaissance alors qu'elle n'est que simple conjecture ouimprécise approximation, elle fait l'unanimité contre elle ( Platon, Descartes, Spinoza, Malebranche, Kant, Bachelard, Alain... ) :
-elle est soumise à l'étroitesse de la sensibilité humaine (Malebranche, Recherche de la vérité ).
-elle est la proie irréfléchie des < puissances trompeuses > de l'imagination incontrôlée et de l' illusion ( Pascal, Pensées ).
-elle est le véhicule précritiquedes rumeurs ( Montaigne, Essais ).
-elle définit son objet d'une manière non pertinente, ne raisonne que sur des cas particuliers et ses inductions sont hasardeuses ( John Stuart Mill, Logique )....