P. verlaine - charleroi ; commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1198 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
VERLAINE : Charleroi (Paysages belges 2 1872)

Charleroi
"Charleroi" est le 2ème poème de la section paysages belges de "Romances sans paroles ".
Dans l'herbe noire
Les Kobolds vont.
Le vent profond
Pleure, on veut croire.
Quoi donc se sent ?
L'avoine siffle.
Un buisson gifle
L'œil au passant.
Plutôt des bouges
Que des maisons.
Quels horizons
De forges rouges !
On sent donc quoi?
Des gares tonnent,
Les yeux s'étonnent,
Où Charleroi ?
Parfums sinistres !
Qu'est-ce que c'est ?
Quoi bruissait
Comme des sistres ?
Sites brutaux !
Oh ! votre haleine,
Sueur humaine,
Cris des métaux !
Dans l'herbe noire
Les Kobolds vont.
Le vent profond
Pleure, on veut croire.
Résumé : Charleroi est le texte II de la section intitulée "Paysages belges". Parmi les champs et lesusines, le train roule à toute allure. Au rythme haletant et saccadé de sa course, un chaos de sensations et d'impressions fulgurantes qui "gifllent" l'œil et emplit l'oreille du voyageur. Assourdi, étourdi, il éprouve une sorte de vertige. Mais cette ivresse de sensation brutales ne peut abolir une mélodie secrète, perçue dans les intervalles du fracas, qui unit l'âme et le paysage dans uneharmonie mystérieuse et mélancolique (strophes 1 et 7 répétition de 1).
Vocabulaire
Un Kobold est un lutin malicieux des légendes germaniques qui a pour tache de garder les trésor souterrains. Dans ce texte, ils veillent sur les mines de charbon
Charleroi est un centre d'industrie minière et métallurgie, ville de Belgique de l'arrondissement du Hainaut, sur la Sambre.
Sistre
Instrument de musiqueà percussion de l'ancienne Égypte.
Bouges
logement malpropre ; taudis ; café, bar misérable et mal fréquenté.
Forge
Atelier où on travaille les métaux en feu
Plan de commentaire composé
Introduction
Le poème " Charleroi " emprunte son titre au nom d'une ville belge, située dans une région minière et industrielle. Parmi les champs et les usines, un train emmenant Verlaine et Rimbaudroule à toute allure. Au rythme haletant de sa course le poème se présente comme une succession rapide et discontinue d'impressions jetées à la face du voyageur. Dans ce chaos de sensations brutales et d'impressions fulgurantes le voyageur éprouve une sorte de vertige enivrant. Mais les intervalles du fracas laisse toutefois le temps au lecteur d'une transfiguration métaphorique et fantastique qui luipermet d'unir son âme au paysage.
I- Une ivresse de sensations brutales
Le texte est constitué d'un ensemble de sensation que l'absence du narrateur rend encore plus brutale. Les sensations visuelles reposent d'abord sur deux couleurs contrastées et franches : le noir de l'herbe et le rouge des forges. C'est donc une scène de nuit, sans repères, un univers angoissant dont la lueur de la lune,si chère à Verlaine, est absente. La violence de la couleur rouge s'oppose aux habituelles demi-teintes du poète. Les sensations sont soudaines et brusques, le buisson qui " gifle l'œil" se comprend comme une marche dans une nature hostile ou comme une vision rapide, sans accommodation, du buisson, qui frappe l'œil. Les sensations auditives sont elles aussi particulièrement agressives, brusques etviolentes, " des gares tonnent " et " l'avoine siffle ". Les bruits de l'industrie qui émanent des usines sont violents, on entend le " cris des métaux " dans les forges. Des bruissements lugubres se font entendre comparables à ceux des " sistres " instruments de musique funéraire dans l'ancienne Égypte. Les sensations olfactives sont présentes dans quatre strophes sur sept. Elles paraissentobsédantes et étranges. Par deux fois se pose la question de la nature des odeurs " qu'est-ce que c'est", " on sent quoi ? ". Les odeurs sont assimilées à des " Parfums sinistres " alliance contre nature d'un substantif" parfum " de connotation agréable avec le qualificatif sinistre. L'exclamation " Oh! votre haleine " et la " sueur humaine " soulignent l'intensité nauséabonde des odeurs. Sous cette...
tracking img