S'aimer soit meme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1334 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Faut-il s’aimer soi-même ?

L’amour porté à autrui apparaît tour à tour destructeur et bénéfique tel que la jalousie ou l’amour agapè, amour charitable. S’aimer soi-même reviendrait à éprouver ces sentiments pour soi. La plupart cherchent à satisfaire leurs désirs personnels, à réussir leur vie sociale, professionnelle, amoureuse,… parfois au détriment des autres. Ces comportementsrelèveraient d’un amour de soi excessif. En revanche, certains font passer le bonheur de leur famille, communauté avant tout, quitte à se sacrifier (résistances, luttes sociales, problèmes économiques,…). Enfin certains se haïssent à tel point qu’ils se mutilent ou se suicident. Ces cas extrêmes montrent la diversité des sentiments que nous éprouvons vis-à-vis de nous même.

Mais s’aimer soi-même est-ilun devoir, une nécessité ? Les Evangiles disent : « Aime ton prochain comme toi-même. » En suivant cette logique, si on aime l’autre comme soi-même alors on doit s’aimer. Cette loin théologiques relèverait d’un devoir moral établissant un lien entre le bonheur de soi et des autres, qui seraient inter- dépendants, relevant alors d’une nécessité réciproque. Mais cet échange devrait se faire sur lemode du don, désintéressé, dont le seul intérêt s’annulerait lui-même car il ne serait que de donner du bonheur à l’autre. Le don serait l’aboutissement total de l’amour porter à autrui. Qu’en est-il pour soi-même ?

Serait-ce une nécessité dans mon rapport à moi-même établie par des lois naturelles ou une obligation morale ? Dans quelle mesure doit-on s’aimer et pourquoi ?

S’aimer soi-mêmesignifierait se respecter dans son entière individualité, avec ses défauts et ses qualités. S’accepter tel que l’on est dans un but d’auto-conservation. En effet, ne pas s’aimer un minimum reviendrait à ne pas se considérer comme digne de vivre et par conséquent finir par se suicider ou s’auto-détruire. Comme tous les êtres vivants, les humains sont pourvus d’un instinct de survie puissant,inhérent à leur nature. Mais il semblerait que la différence entre animaux, végétaux et hommes se situe au niveau de la conscience. Ces derniers possèdent un recul sur eux-mêmes, le monde, les autres, que les premiers n’ont pas. En partant de ce principe les hommes leurs seraient supérieurs mais peut-être aussi plus fragiles dans l’image, la conscience philosophique et morale qu’ils ont d’eux-mêmes. Dèslors, s’aimer soi-même serait une valeur préconisée par la théologie comme préservation de l’espèce mais intégrée à la culture, qui, paradoxalement serait elle-même source de cette mésestime qui conduirait à une non-acceptation de soi. On entend ici la culture et ses principes moraux. S’aimer soi-même apparaît donc avant tout comme une nécessité vitale pour l’homme, différent de l’animal qui nese pose pas cette question, un devoir intégré à la culture.

D’autre part, on ne peut nier que la plupart des êtres humains d’acceptent tel qu’ils sont, donc s’aime un minimum car ils ont la volonté de vivre. Ils intègrent leurs défauts et qualités dans leur être qui constitue une unité alors qu’ils ont plus de mal à le faire chez autrui. Dans ses Pensées (1660), Blaise Pascal explique quel’amour que l’on a pour l’autre (ou qu’un autre à pour soi) n’est jamais l’amour de ce qu’il est (ou de ce que l’on est) mais seulement de ce qu’il paraît (ou de ce qu’on paraît) être : «  On n’aime donc jamais personne, mais seulement des qualités. » S’aimer soi-même serait aussi nécessaire pour se construire car comment aller de l’avant si l’on n’accepte pas son présent ? S’aimer trop relève d’unréflexe naturel mais peut-être aussi justement d’une quête de la reconnaissance de l’autre qui passe par le respect et l’amour amical ou l’amour tout court. L’autre peut nous donner confirmation de notre perception ou au contraire les remettre en question mais dans tous les cas il nous reconnaît comme individu et si on se sent apprécié, notre confiance en nous augmente, on ose plus. Mais une...
tracking img