S grandes figures musulmanes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 61 (15004 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Les grandes figures musulmanes :

Ibn al-Nadim (Abu al-Faraj Muhammad ibn Ishaq ibn Muhammad ibn Ishaq), (mort le 17 septembre 995 ou 998) est un érudit et un bibliographe shiite, auteur du Kitab-al-Fihrist, un index complet, selon les mots de l'auteur lui-même, de tous les livres arabes de l'époque. Très peu de choses sont connues de sa vie, pas même l'origine de son surnom al-nadim, quisignifie le compagnon d'un personnage important, peut être même le calife.
Il vécut principalement à Bagdad, dans l'actuel Iraq. Libraire et calligraphe de profession, il recopiait des manuscrits à la commande, charge qu'il a héritée de son père. Ses maîtres furent al-Sirafi (mort en 978-9), al-Munadhdhim (mort en 963) et le philosophe al-Mantiqi. Il appartint au cercle du fils d’Ali ben Isa, le bonvizir des Banu al-pharrah, qu’il loue pour son profond savoir de la logique et des sciences grecques, perses et indiennes. Ibn al-Nadim rencontra aussi le philosophe chrétien Ibn al-Khammar. Aucun de ses maîtres ne fut un sunnite orthodoxe. Ils partagèrent une admiration pour la philosophie, en particulier celle d’Aristote, ainsi que pour les sciences grecques et indiennes qu’ils tenaient pourvastes ainsi que pour leur tolerance.
Son principal ouvrage publié en 938 est le Kitab-al-Fihrist qui, d’après sa brève préface, se veut un index de tous les livres écrits en langue arabe, que ce soit par des Arabes ou des non-Arabes. Il n'existait avant son œuvre que des livres recensant les œuvres poétiques (tabaqat).

Abu Muhammad Ibn al-Baitar (ou Abu Muhammad Abdallah Ibn Ahmad Ibn al-BaitarDhiya al-Din al-Malaqi) (ابن البيطار) est un médecin et botaniste arabe, né vers 1190[1] à Málaga et mort en 1248 à Damas.
Il étudie auprès de Abu Bakr Ahmad an-Nabati à Séville où il commence une collection de plantes. Il émigre vers 1220 au Proche-Orient en passant par l’Afrique du Nord. Il séjourne en Anatolie en 1224 et en Syrie. Il s’établit ensuite au Caire où il est nommé par le sultanbotaniste en chef de l’Égypte. Il étudie les propriétés médicinales des plantes et fait de nombreux voyages de recherches avec ses élèves.
Ibn al-Baitar fait paraître plusieurs travaux où il rassemble les connaissances pharmaceutiques de son temps, notamment son ouvrage le plus connu Al G̕āmi 'li mufradāt al adawiya wa al aġdi (dont la traduction signifie le Livre des drogues et des produitsalimentaires simples[2]).
Il nomme les plantes et décrit l’usage de plus de 1 400 espèces. Son œuvre sera utilisée et traduite durant tout le Moyen Âge

Aboû Nouwâs (ou ’Abû Nuwâs [en arabe أبو نواس الحسن بن هانئ الحكمي prononcé ’abuw nuwaās el-ḥasan bn haāniý el-ḥakamiyy]), né entre 747 et 762 à Ahvaz (Iran) et décédé vers 815 à Bagdad (Irak actuel), est un poète arabo-persan.
Son nom, qui seprononce en arabe [ʔabuː nuwaːs], a été diversement transcrit en français selon les époques et les auteurs : Abou-Navas, Abou-Naovas (Herbelot, 1697), Abou-Noavas (Weiss, 1846), Abinaouas (Gide, 1899), Abou Nawas, Abou Nowas, Abû Nuûas, Abû-Nuwâs, Abū Nuwās, etc.

Al -Battani (env. 855-923) était un astronome et mathématicien arabe (on écrit aussi Al Batani, et en latin : Albategnius, Albategni,Albatenius ; nom complet : Abū ʿAbdullāh Muḥammad ibn Jābir ibn Sinān ar-Raqqī al-Ḥarrani aṣ-Ṣabiʾ al-Battānī), né à Harran près d'Urfa en Turquie. Son épithète as-Sabi suggère que ses ancêtres étaient membres de la secte des Sabéens qui adoraient les étoiles, mais son nom complet affirme qu'il était musulman. On le désigne parfois comme le « Ptolémée des Arabes ».
Al-Battani a travaillé en Syrie, àAr-Raqqa et à Damas où il est mort.
Son œuvre majeure, le Kitāb az-Zīj (le « Livre des tables ») composé de 57 chapitres, traduit en latin sous le titre de De Motu Stellarum par Platon de Tivoli (Plato Tiburtinus) en 1116 (imprimé en 1537 par Melanchthon, annoté par Regiomontanus), a considérablement influencé l'astronomie européenne. Une réédition apparut à Bologne en 1645. Le manuscrit original...
tracking img